Gazette de Liége

"Monumentaal", "fenomenaal", "fantastisch". Johan Leten, l'administrateur-délégué de Voka Limburg, la chambre de Commerce de Hasselt, n'a pas lésiné sur les superlatifs ce vendredi, sur le chantier des Guillemins.

Les Guillemins ? Voir. Le basculement progressif de nom ne s'est-il pas enclenché au fil des discours ?

Car Steve Stevaert, le gouverneur du Limbourg, qui conduisait la délégation, a cette fois défendu sa "petite idée" devant un parterre d'officiels. Qui l'ont applaudi. Et c'est une plaque émaillée marquée des lettres "Liège-Limburg" qu'il a offerte à ses hôtes, avec son humour particulier : "J'ai un rêve, celui de devenir un jour prince-évêque... Plus sérieusement, Liégeois et Limbourgeois sont unis par un passé commun, mais leur avenir économique est aussi lié. Pour nous, Limbourgeois des deux Limbourg - de Hasselt et de Maastricht -, cette gare TGV de l'Euregio est un grand bonheur. Il faut la nommer Liège-Limburg". La direction de la SNCB d'opiner en direct - dont Vincent Bourlard, patron d'Euro Liège TGV - et Jean-Claude Marcourt, ministre PS wallon de l'Economie, de surenchérir : "Je suis favorable à ce nom. Notre gare et notre aéroport ont été construits en Wallonie, mais ils sont également faits pour les Limbourgeois. Aix-la-Chapelle dispose de son propre point d'arrêt. Liège est la halte de cette ancienne principauté que nous n'avons jamais fait disparaître de nos coeurs". Ou comment histoire et géographie dopent le réalisme des affaires, piétinant au passage les séparations politiques.

Polémique en vue

Les arguments favorables à cette dénomination ne seront pas chassés d'un coup de sifflet de chef de gare. "Liège-Limburg" placerait les Liégeois devant cette réalité eurégionale, multilingue et multipolaire, dont ils se prévalent en public, mais qu'ils ne mettent pas toujours en pratique.

Le coût des lignes à grande vitesse et l'échelle hors normes du vaisseau blanc entre Cointe et Meuse appellent un surcroît de trafic, par extension de l'aire d'appel des voyageurs. Qu'il faut aussi séduire. D'où l'idée d'en faire "leur" gare, celle qui porte aussi leur nom, dans un ricochet d'image positive pour le pays de Liège. Gageons que la polémique va croître et embellir. Préférer une impériale "Liège-Charlemagne" (Karel de Grote ? Karl der Große ?). Opter pour "Calatrava", comme on dit la Tour Eiffel. Ou conserver le nom du quartier de l'ancien couvent des Guillemites.

Pas de panique. Quel Liégeois nomme la place Cathédrale de son nom officiel : "place du Roi-Albert" ? Les Guillemins ne sont pas morts.