Gazette de Liége

Le PS occupe le pouvoir depuis 1976 à Blegny. Aux élections de 2000, celui-ci a obtenu un peu plus de 47 pc des voix, contre 43 pc pour l'ARC, la coalition CDH-MR-Intérêts communaux, et un peu plus de 9 pc pour Ecolo. Au vu des chiffres, une majorité des électeurs blegnytois souhaitaient donc déjà une alternance, déclare le chef de groupe ARC et n°1 de la liste Jean-Paul Reynders. Les socialistes continuent à penser qu'ils savent tout mieux que tout le monde et aux conseils communaux, on ne laisse pas parler les autres. On voudrait mettre en place des commissions, des discussions préalables, afin de ne pas prendre des décisions au dernier moment, continuera ce dernier.

Le programme électoral de l'ARC a été élaboré sur base d'une consultation de la population. L'ARC s'engage ainsi à réduire l'impôt, en commençant par le précompte immobilier, dans le but de donner le signe d'une autre gestion. Il faut en finir avec les dépenses de prestige ou le travail dans l'urgence comme la démolition et la reconstruction d'une bibliothèque sans subsides. Sur le plan de l'urbanisme, l'ARC prône l'élaboration d'un schéma de structure et une régie foncière pour lutter contre l'inflation. Le social est le fer de lance de l'ARC qui préconise des haltes garderie et gardes à domicile d'enfants malades et la création d'une maison de l'emploi.

Dans sa politique environnementale, l'ARC lance l'idée de déplacer le parc à conteneurs, et non pas de créer une seconde voirie d'accès qui ne ferait qu'aggraver les nuisances déjà constatées. Un plan communal de réduction de la vitesse serait à réaliser pour la sécurité, avec des aménagements plus adéquats et l'élimination des ralentisseurs anarchiques ou des chicanes dangereuses. Pour la culture, un véritable échevinat est à créer, ainsi qu'une maison des associations et de la culture. L'ARC prêche encore la liberté d'enseignement et l'octroi des avantages sociaux.

© La Libre Belgique 2006