Gazette de Liége

Au final, rares sont les communes qui auront fortement basculé, politiquement parlant, à l’issue du dernier scrutin. Oreye fait partie de celles-ci et un changement important s’y est produit puisque la liste socialiste emmenée par la bourgmestre sortante Isabelle Albert a été mise hors jeu, avec seulement 11 voix d’avance, par le cartel Ensemble.

Lequel rassemblait les opposants de longue date ainsi que les déçus, socialistes compris dont l’ancien président de l’USC, du PS. Bien qu’ayant totalisé moins de voix de préférence qu’Isabelle Albert, c’est donc à Bernard de Sart, se disant le soir des élections satisfait de "mettre fin à plus de 20 ans d’opposition", qu’il revenait de devenir bourgmestre.

"Des raisons familiales et professionnelles"

Mais près d’un mois après le 14 octobre, on apprend que ce dernier, dont le groupe dispose d’une courte majorité d’un siège, n’a pas l’intention de siéger. Il compte se désister au profit du second en termes de voix de préférence sur la liste, à savoir Jean-Marc Daerden. Lequel a fait sécession en 2017 avec ses anciens "camarades" officiellement pour cause d’affaire Publifin.

Alors que le maïeur pressenti, avance "des raisons familiales et professionnelles", étant notamment responsable d’une unité de production au sein d’ABInbev, ce dernier devrait donc le remplacer. Reste désormais à voir l’accueil qui lui sera réservé par le groupe PS, et ce notamment lors du prochain Conseil communal fixé le 12 novembre où la future ex-majorité a mis à l’ordre du jour une baisse importante de l’IPP et du PRI.

Bruno Boutsen