Gazette de Liége  Participant du Concours Circuit, l’artiste liégeois fait la part belle à la musique électronique.

En 20 ans d’existence, le Concours Circuit s’est imposé dans le paysage musical belge. Véritable tremplin dédié aux musiques alternatives et sonorités nouvelles, il permet l’émergence de talents issus de la Fédération Wallonie-Bruxelles et vise à offrir aux projets sélectionnés un accompagnement et une visibilité, que ce soit auprès du public ou des professionnels du secteur. Cette année, ils étaient plus de 270 à se porter candidats. Au terme de plusieurs sélections, douze artistes et groupes se sont qualifiés pour les tiers de finale. Parmi ceux-ci figure l’artiste liégeois de souche (et résidant à Bruxelles) Raphaël Jomaux, alias Rari. À l’occasion de ces tiers de finale, il se produira ce vendredi 26 octobre au Rockerill de Charleroi.

Le goût de l’électronique

"J’ai toujours fait de la musique, depuis l’enfance", raconte celui qui a débuté par une formation en guitare classique à l’Académie avant de s’essayer dans différents groupes (rock, métal) à l’adolescence. Diplômé en communication de l’UCLouvain, il choisira l’option en musicologie. Ce n’est que vers l’âge de 16 ans qu’il découvre la musique électronique lors de soirées à la Soundstation à Liège. "J’ai découvert que la musique électronique pouvait avoir un vaste champ de possibilités, on peut créer une musique presque cinématographique, ça a un côté presque exutoire", explique-t-il. Chez lui, aidé de son synthétiseur, il se lance en solo dans la création, en cherchant constamment "à perfectionner le son".

Il finit par trouver sa voie en créant son premier EP de six titres The Eternal Return, sorti en février 2018. Un EP mixé à Liège au studio de David Henrard et masterisé par Dan D’Ascenzo au studio Leftright Audio. Au travers de celui-ci, l’artiste propose une aventure sonore avec une musique faisant la part belle aux innovations. Une musique réalisée avec le sens du détail, s’invitant dans de grands espaces. "Mon ambition est d’emporter l’auditeur. J’essaie de créer des sonorités comme une histoire avec des héros, une quête… On retrouve des pistes avec des sonorités plus agressives, parfois plus immersives, plus mélancoliques…", explique celui qui a déjà foulé quelques scènes (Atelier 210 et le Botanique à Bruxelles, le KulturA à Liège, etc.). Le Liégeois se taille une sérieuse armure de son amenée à grandir. Rari prépare un nouvel EP qui devrait sortir début 2019.