Gazette de Liége

Ce mercredi, s’ouvre l’enquête publique concernant le projet modifié de la future tour des Finances de Liège. L’agence Fedimmo, filiale de Befimmo, une société d’investissements en immobilier, a présenté ses nouveaux plans. Tout d’abord, l’implantation de la tour a subi une rotation anti-horaire afin d’augmenter la distance, jusqu’à 25 mètres de plus, entre l’immeuble et les logements de la rue Fragnée. En même temps, l’angle de vue des riverains, sur la future esplanade, sera amplifié.

Ensuite, la forme initiale de la tour était perçue comme trop massive. "On a donc pincé et étiré la tour ainsi que courbé les façades latérales", explique Martine Rorif, directrice générale du département immobilier de Befimmo. La façade sud passera ainsi de 35 mètres de large à 29. De plus, la ligne de rupture existant entre cette façade et le plan de toiture sera supprimée.

L’entrée du futur parking souterrain a également été modifiée. Elle se trouvera dans le prolongement futur de la rue Bovy au lieu de la rue Fragnée. La structure du sous-sol a dû, quant à elle, être renforcée afin de permettre le passage du tram sur la future esplanade.

Si les modifications du projet ont un impact sur le coût, de l’ordre de 5 % d’augmentation, les performances énergétiques restent prioritaires. Par exemple, le nouveau bâtiment bénéficiera de triples vitrages et de panneaux photovoltaïques.

Côté calendrier, par contre, l’impact se fera ressentir. Il faudra compter un an de plus. Le début des travaux est prévu pour mars 2012. Le déménagement d’une tour à l’autre devrait se faire pour mi-2014.

Contactés par nos soins, les représentants des riverains et de l’ASBL urb -Agora ne sont pas privés de réagir tout en précisant n’avoir pas encore pris connaissance des plans modifiés. Pour Gérard Debraz, président du comité de quartier Fragnée-Blonden, "il semble que Fedimmo ait suivi les recommandations du fonctionnaire-délégué et celles de la CCATM sur le socle de l’immeuble". D’autres éléments positifs sont pointés comme le recul par rapport aux immeubles existants ou encore la modification de l’esthétique de la nouvelle tour. Quant au gabarit de l’imposant immeuble, il n’est en rien modifié par le promoteur et selon Gérard Debraz, ce n’est d’ailleurs finalement pas là l’essentiel. "Ce qui importe, poursuit ce dernier, évoquant aussi la question de l’ensoleillement, c’est de savoir si le fait de reculer la tour va permettre aux riverains de se sentir moins oppressés par celle-ci".

Autre son de cloche du côté de l’ASBL urbAgora où son président François Schreuer insiste sur la nécessité d’en revenir au gabarit prévu dans le plan Dethier, à savoir 75 mètres de haut. Il déplore également une absence de mixité fonctionnelle dans le cadre de ce projet de même que celle d’un concours d’architecture. "Nous ne sommes pas contre une tour à cet endroit si elle respecte ces trois conditions", souligne François Schreuer.

Enfin, de son côté, l’échevin liégeois de l’Urbanisme Michel Firket constate "une prise de distance importante par rapport aux immeubles existants et un ensoleillement bien meilleur". "Pour le reste, Fedimmo répond aussi à l’amélioration voulue en termes esthétiques en donnant une forme plus élancée à la tour", précise-t-il, estimant que "cette tour prendra une place significative à Liège".Bruno Boutsen et Anne Poncelet (St)