Gazette de Liége Selon Vega, qui plaide pour une réaffectation culturelle et touristique, "il y a urgence".

Une fois n’est pas coutume, c’est un des nouveaux venus au sein de la coopérative politique Vega, par ailleurs ancien sénateur Ecolo et présent à la 47e place de cette liste en vue des prochaines élections communales, qui s’est exprimé ce lundi. Le sujet du jour avait trait au sort du palais des Princes-Évêques de Liège, lequel a selon Germain Dufour "1 000 ans d’histoire commune avec la rue Pierreuse". Car ce dernier est également connu en terres liégeoises pour être un défenseur du quartier en question. Et c’est d’ailleurs en listant l’ensemble des avancées obtenues durant ces dernières années à cet égard qu’il a débuté son propos. À savoir respectivement la rénovation de la Tour des Vieux Joncs, celle de la chapelle Saint-Roch ou encore de l’îlot Volière ainsi que l’aménagement des coteaux de la Citadelle, et on en passe…

"Le quartier est fier de son patrimoine", a estimé le candidat Vega, entouré pour l’occasion de son chef de file François Schreuer et de l’historien Bruno Dumont, ancien directeur des Archives de l’État à Liège. Ces derniers partagent un constat commun, celui d’une désertification de la rue du Palais qui est selon eux la conséquence d’un abandon du palais des Princes-Évêques. "Il y a urgence afin de lui donner un futur culturel et touristique", a souligné Germain Dufour.

Et d’évoquer en l’espèce la façade Nord, soit la plus ancienne, laquelle est à en croire ses dires "dans un état de délabrement avancé". S’il reconnaît des interventions ponctuelles de la Régie des bâtiments, soit le propriétaire du lieu, il les juge insuffisantes, tout comme d’ailleurs en ce qui concerne l’ancienne commanderie des Vieux Joncs, rénovée il y a déjà 25 ans d’ici.

Plusieurs propositions sont donc faites par Vega en vue de réaffecter l’endroit, vu comme un fleuron patrimonial liégeois et jugé sous-exploité. À savoir notamment une ouverture de la façade Nord, tout à fait possible et même souhaitable afin de désenclaver la rue du Palais, laquelle devrait être mise en circulation locale. L’idée d’une liaison entre l’avant et l’arrière du palais des Princes-Évêques est au centre de la réflexion de Vega qu’elle compte ouvrir aux Liégeois. C’est dans ce but qu’une pétition, 12 ans après celle relative aux extensions du palais de justice, a été mise en ligne et déjà signée par un nombre important de personnes. Car, dixit François Schreuer, "la Ville de Liège a un rôle d’initiative à jouer".