Gazette de Liége

Àl’heure où la Ville de Liège tente tant bien que mal d’"évacuer" la prostitution du quartier Cathédrale Nord, un quartier trop longtemps "oublié", le projet de réaffectation de son ancienne Grand Poste vient de connaître cette semaine un nouveau coup d’accélérateur. Ainsi, les promoteurs du projet, à savoir la société I&C des frères Berryer et l’investisseur néerlandais Piet Rasenberg, réunis au sein de Grand Poste S.A., ont annoncé ce vendredi le dépôt du permis d’urbanisme concernant ce bâtiment cher aux Liégeois et situé en plein cœur de la Cité ardente. Localisé dans ce que Charles Sagehomme, chargé du projet "Grand Poste" appelle le "triangle d’or de Liège", cet édifice a été érigé en 1904 par l’architecte liégeois Edmond Jamar et constitue un exemple du style néogothique.

C’est en 2002 que les façades et les toitures de la Grand Poste ont été classées, la structure autoportante étant un exemple d’une conception très moderne pour l’époque. Mais ce n’est qu’à l’été 2006, après plusieurs propositions rejetées, que l’offre d’achat faite par Pierre Berryer, administrateur-délégué de Grand Poste S.A., est acceptée par la Poste, propriétaire du bâtiment. Un an plus tard débutait la procédure de certificat de patrimoine, "une procédure longue qui permet de ne pas dénaturer le bâtiment", lequel fut obtenu le 4 février dernier. Et ce vendredi, c’était donc au tour du permis d’urbanisme d’être déposé, ultime étape avant le début des travaux prévus au début de l’année 2010 pour une inauguration à l’horizon 2012.

En quoi consiste au juste ce projet ambitieux dont l’investissement total est estimé par le promoteur à 44 millions d’euros ? Il s’agit d’un projet dit "mixte" qui prévoit, outre la construction d’un hôtel quatre étoiles de 129 chambres, l’installation d’un centre commercial "de qualité" dans l’ancienne Grand Poste. D’une superficie totale de 8000 m2, le futur hôtel prendra place dans un nouveau bâtiment "moderne et passif" qui y sera annexé et comprendra, entre autres, un centre de conférences et un restaurant panoramique. Quant aux commerces, qui s’étendront sur 4000 m2 sous un espace voûté - en sous-sol - et aussi sous un espace verrière, il s’agira essentiellement de "concept stores", c’est-à-dire pour la plupart d’enseignes inexistantes à Liège. Et Pierre Berryer de préciser à ce sujet qu’il ne dispose d’aucun permis lui permettant d’exploiter le futur centre commercial. "Nous jouons un rôle d’assistance à l’exploitation. Après avoir acheté le bâtiment sur fonds propres, nous trouvons un accord économique avec des gestionnaires de fonds de pension".

Autre élément important de ce projet porté par la Ville et la Région : une liaison physique sera assurée avec un parking de 700 places (dont 400 seront liées à ce projet) que la Ville s’est engagée à réaliser en sous-sol du quai sur Meuse sur lequel une place piétonne sera créée. Les autorités communales liégeoises, présentes ce vendredi, se réjouissent de la réalisation de ce projet qui doit constituer "une opportunité de renouveau pour le quartier Cathédrale Nord".