Gazette de Liége Tout comme d’autres exploitants de carrières, le groupe Bodarwé a rejoint la charte d’appellation "Pierre locale".

Le gré d’Arkose, pierre typique de la région, est extrait par des tirs de mines. A l’aide du grappin qui se trouve là-bas, le machiniste trie les gros blocs qui vont être vendus comme tels pour faire des murs à sec ou qui vont être redescendus pour être par la suite retaillés, d’abord par passage sous cliveuse, puis par le tailleur lui-même pour devenir un moellon prisé. On produit différentes sortes de moellons : semi-taillé, équarri… Plus on travaille la pierre, plus l’expérience des tailleurs est importante. A côté de ça, on produit également le moellon choisi. C’est-à-dire qu’à partir d’une ligne comme celle-là, lorsque le machiniste estime que la pierre est de bonne qualité, il la met de côté puis ils vont choisir les moellons en fonction de leur taille, de leur forme. De temps en temps, ils les cassent à la masse pour essayer d’avoir des tailles de moellons façonnables pour le pavement de maison. Quand le container est plein, on le redescend…" A 550 mètres d’altitude, à la carrière de la Warchenne à Waimes, Thomas Blaise, responsable commercial, explique les différentes étapes de production de moellons de construction. Une visite qui se poursuit, une fois de retour en bas, au cœur même des ateliers où six tailleurs travaillent activement la pierre. En tout, pas moins de 35 personnes s’affairent sur ce site de 35 hectares exploité depuis 1953 par le groupe familial Bodarwé (1937).