Gazette de Liége

Face à la volonté de la Ville de Liège de fermer les salons de prostituées du quartier Cathédrale Nord, les "filles de Liège" ont décidé d’intenter un recours devant le Conseil d’Etat Mais pour ce faire, il faut payer le cachet de l’avocat. Rien ne devrait se faire en nature (coupons l’herbe sous le pied aux mauvaises langues). En effet, les prostituées ont décidé (en nombre) de se cotiser pour participer aux frais. En marge de l’action par ailleurs, un calendrier à l’effigie des dames de rues (dont beaucoup de Liégeoises), vient d’être publié par l’ASBL d’aide aux prostituées, "Espace P". Qui osera encore dire que le milieu n’est pas organisé?