Gazette de Liége La Province propose un survol des cimetières pour un coût, ici, de 1000 euros.

Dans certaines communes, comme Thimister-Clermont, le recensement des décès s’effectue encore et toujours à la main. Un travail fastidieux qui va néanmoins être, dans les prochaines semaines, facilité pour les services communaux.

"Imaginez donc, explique le bourgmestre Didier D’Oultremont (EIC), lorsque quelqu’un décède au sein de la commune, nous notons dans un petit carnet qui se trouve au service voirie le nom du défunt, l’emplacement de la tombe et un numéro qui lui est octroyé…" Un système archaïque, il est vrai, et comme on le disait fastidieux surtout lorsqu’il s’agit du renouvellement des concessions…

Les emplacements et les tombes encodés

Demain, tout ceci sera de l’histoire ancienne puisque la commune a décidé de faire un bond en avant en cartographiant, à l’aide d’un drone, ses six cimetières. Une opération qui sera effectuée dans les prochaines semaines grâce à la Province de Liège. Celle-ci met en effet à disposition, moyennant un paiement calculé à l’hectare, ce type de service.

Thimister-Clermont sera parmi les premiers à en disposer. "Cela nous en coûtera 1 000 euros mais c’est un investissement intéressant, rien qu’au regard de ce que cela va apporter. Nous n’avons aucun plan ou alors, ceux qui restent datent d’il y a vingt ans. Nous allons pouvoir encoder, dès que la cartographie sera réalisée, les emplacements et les tombes. Nous aurons ainsi un relevé complet qu’il suffira de compléter au fur et à mesure des enterrements."

La commune disposera ainsi d’une vue d’ensemble de ses cimetières et de ses capacités à pouvoir accepter au nom des inhumations nouvelles.

"Nous avons construit de nouveaux caveaux en 2017, ce qui nous permet d’avoir des réserves en la matière", insiste Didier D’Outremont qui a su être suffisamment convainquant pour obtenir l’unanimité de son Conseil sur ce dossier.