Gazette de Liége La société coopérative DC&J Création a été présentée aux compagnies et entreprises.

"Tax Shelter" : deux mots anglais pour signifier ce mécanisme fiscal mis en place en 2004 par le gouvernement fédéral et le ministre des Finances de l’époque Didier Reynders (MR). Lequel incitant, désormais bien connu et censé garantir aux entreprises qui y recourant une exonération fiscale, leur permet pour rappel, si du moins elles sont soumises à l’impôt des sociétés (Isoc), d’investir une partie de leurs bénéfices dans différents secteurs dont l’audiovisuel (le cinéma, etc.) où le système a déjà fait ses preuves.

Tout récemment puisque l’entrée en vigueur de la loi en question ne date que du début de cette année, après un vote fin 2016 en séance plénière de la Chambre, le mécanisme du "Tax Shelter" a été étendu aux arts de la scène. Et ce à l’issue de plus d’un an de discussions autour de ce projet qui permet désormais d’inclure dans le système concerné, lequel a fait l’objet au passage de quelques adaptations propres au secteur, une série d’œuvres scéniques relevant tant du théâtre que de la danse, du cirque, de l’opéra ou encore de la musique classique.