Gazette de Liége

Si un livre peut parfaitement répondre aux critères d'une rubrique intitulée «Histoire de chez nous», c'est bien celui que vient de publier le CEFAL sous le titre «Promenades liégeoises avec Bernard Gheur».

Le journaliste Bernard Gheur est avant tout un merveilleux écrivain, sensible, émouvant et surtout profondément liégeois. D'où son idée de demander à quelques-uns de ses amis écrivains et journalistes d'évoquer leur promenade liégeoise préférée.

Ce qui donne un livre que chaque Liégeois digne de ce nom doit posséder dans sa bibliothèque pour le lire et le relire.

Chaque récit est prétexte à découvertes. Découvertes ou redécouvertes d'un lieu mais aussi des personnalités qui se cachent (mal) derrière les mots.

Le livre est dédié à la mémoire d'Yves Lebon, journaliste et poète disparu en 2003. Ce sont trois de ses poèmes qui ouvrent l'ouvrage.

Irène Stecyk évoque la découverte de Liège par son père arrivant directement d'Ukraine en 1926, au moment des grandes inondations.

La promenade de Guy Delhasse le mène de Chevaufosse à Jonfosse. Alain Bertrand, Gantois d'origine, n'est qu'un Liégeois de passage, ce qui donne à sa vision une acuité impitoyable sur certaines réalités liégeoises.

De Jean-Denys Boussart, passionné de folklore et de littérature wallonne, on déguste une promenade qui mène à ses racines. C'est bien le mot puisqu'il s'agit d'horticulteurs qui travaillaient sur les coteaux de Pierreuse. Il évoque son père et les travailleurs courbés sur les rosiers. «Je crois voir les gros points d'une couture qui unirait le ciel à la terre.»

Pour Michel Lemoine, il ne peut y avoir de promenades liégeoises sans Simenon. Il réussit, une fois de plus, en suivant le cours de la Meuse à Liège, à entremêler ses souvenirs personnels aux évocations de son grand homme.

Les souvenirs liégeois de François-Xavier Nève se situent tout simplement au Jardin Botanique et au parc d'Avroy. Cela donne aussi l'occasion de découvrir un charmant petit garçon en costume marin blanc. On s'attarde d'ailleurs avec plaisir sur quelques frimousses enfantines contenant déjà toutes les promesses épanouies aujourd'hui dans des visages d'adultes. Comme le sourire et les yeux déjà rêveurs d'un petit Bernard Gheur ou encore l'attitude décidée d'une petite fille que vous reconnaîtrez peut-être sur la photo d'un pèlerinage familial à Chèvremont !

Les souvenirs de Louis Chalon se situent à Rabosée, ceux de Charles Ledent au parc de la Boverie et à l'héliport. Avec Christian Libens, on «fait» la rue Surlet, le Carré, le Mont St Martin. Carmelo Virone propose un récit où se rencontrent des péniches, un couple de promeneurs, des chats et... des oies. Pour René Swennen, ses racines, c'est dans les cimetières de Jemeppe qu'il les retrouve. René Henoumont et Lily Portugaels sont marqués par des pèlerinages, le premier à Banneux, la seconde à Chèvremont. Le journaliste Louis Maraite ne verse pas dans la poésie nostalgique, son esprit pratique fait l'éloge du... tandem pour une promenade parfaitement balisée.

Nicolas Ancion propose une vision très personnelle du quartier de Hocheporte. Christian Delcourt et Janine Delcourt-Angélique ont mitonné une promenade dans les mots liégeois, de Aubette à Zoning, industriel ou non.

Bernard Gheur nous raconte ses souvenirs d'enfance de la rue Trappé, la rue Saint-Gilles, le boulevard d'Avroy et surtout le cinéma Crosly. Le cinéma à côté des bâtiments du journal «La Meuse» où, plus tard, Bernard sera journaliste. Du Crosly à La Meuse, un fameux raccourci.

J'ai gardé Jacques Izoard et les dix merveilles de ses souvenirs pour la bonne bouche. Est-il plus poète que Liégeois ou l'inverse?, on ne peut le dire. Mais on est sous le charme.

«Légère est Liège au fil de l'eau des souvenirs de Meuse et d'or...».

Il n'y a plus rien à ajouter.

«Promenades liégeoises avec Bernard Gheur», éditions du CEFAL, 16 euros.

© La Libre Belgique 2005