Qui sera le 92è évêque ?

Paul Vaute Publié le - Mis à jour le

Gazette de Liége

Al’instar de la Reine ce mardi, Mgr Aloys Jousten soufflera sur ses 75 bougies dans quelques semaines, le 2 novembre exactement. Le même jour ou le lendemain, comme le veut le code 401 du droit canonique, il écrira au Pape pour lui présenter sa démission. La succession sera alors ouverte mais - faut-il le dire ? - elle occupe déjà amplement les esprits dans le milieu ecclésial liégeois.

Officiellement, ni "candidat" ni "campagne", bien entendu. La désignation d’un évêque intervient au terme d’un processus qui repose en partie sur le decision-making de la hiérarchie en place et des clercs et laïcs les plus engagés, et en dernière étape sur le decision-taking du Pape (voir encadré). Des noms n’en circulent pas moins, certains avec plus de récurrence que d’autres. Mais ce n’est pas nécessairement prédictif. Le plus cité n’est nullement assuré d’être choisi et on ne peut jamais exclure une "surprise du chef"

Cette réserve faite, le chanoine Eric de Beukelaer a assurément la cote. Membre du chapitre de la cathédrale de Liège, doyen du centre-ville et président du Séminaire de Louvain-la-Neuve, ce quarantenaire natif de Wilrijk a été précédemment porte-parole de l’épiscopat belge. C’est dans cette dernière fonction que sont devenus familiers, pour le grand public, son visage et sa manière chaleureuse de défendre un catholicisme décomplexé. Comme doyen, il a rapidement imprimé sa marque. "Il repère tout ce qui bourgeonne et il le valorise, explique une de nos sources. Le nouveau site de l’Unité pastorale Saint-Lambert, qui sera inauguré lundi prochain, donne vraiment sa place à tout le monde". Quant à l’intéressé, il n’aime pas trop qu’on évoque son épiscopabilité. "Plus on en parle, moins il y a de chances que ce soit moi !"

Autre hypothèse, qui tient bien la route elle aussi : Mgr André Warin, évêque auxiliaire de Namur mais venu de Liège dont il a présidé le séminaire. Il a secondé Mgr Léonard, sans être pour autant dans sa ligne, jusqu’au départ de ce dernier pour Malines-Bruxelles, mais il n’a pas été choisi pour lui succéder. Son nom était déjà sur les lèvres en 2001, avant la nomination de Mgr Jousten. Principal handicap : le courant n’est jamais très bien passé entre lui et le staff de l’évêché. "On le dit un peu mou, tardant souvent à prendre une décision", relève un familier du sérail.

Un petit peu plus loin dans le peloton des pronostics, on trouve l’actuel vicaire général Alphonse Borras, par ailleurs professeur à l’UCL et à l’Institut canonique de Paris. "Il ne cache pas que si on lui demande, il acceptera", dit-on dans les couloirs. Il a l’avantage de bien connaître la maison, mais on risque de se souvenir, en haut lieu, de positions publiques nullement en phase avec le magistère papal, notamment dans une lettre collective de théologiens diffusée en avril 2009. "Il a une vision très sociologique du monde moderne où les gens ne veulent plus s’engager pour la vie", résume un observateur.

Recteur du sanctuaire de Banneux, Léo Palm ne manquerait pas d’atouts. D’abord parce que le site marial, avec ses quelque 500.000 visiteurs par an, donne une image de l’Eglise plus dynamique et réjouissante que celle des lieux de culte qu’on désaffecte ! Mais on nous parle aussi, entre autres, de Jean-Pierre Delville, professeur à l’UCL, spécialiste de l’histoire du christianisme, "un homme relativement pondéré, ouvert, consensuel ", ou encore du doyen de Liège Rive droite Jean-Pierre Pire . Bref : beaucoup d’appelés pour un élu.

Publicité clickBoxBanner