Gazette de Liége Elections 2018 (4) La santé, le tourisme, les "affaires"… mais aussi la question existentielle.

Faut-il brûler les Provinces ? La question émerge régulièrement dans le débat public. Pourtant, des quatre principaux partis de l’échiquier actuel, seul Ecolo a inscrit résolument à son programme la suppression de cet échelon de pouvoir. " Il faut objectiver pour savoir quel est le meilleur endroit pour utiliser l’argent public , plaide le conseiller provincial vert Matthieu Content. Mais quoi qu’il arrive, les 6000 agents provinciaux ne vont pas disparaître. Il faudra réorganiser, c’est tout ".

La députée provinciale vice-Présidente Katty Firquet (MR), dont toute la carrière politique s’est déroulée jusqu’ici à la Province, n’a pas du tout le même regard… " Et pourquoi ne pas supprimer ou transformer la Fédération Wallonie-Bruxelles ? demande-t-elle. En imaginant que l’enseignement provincial revienne demain à la FWB, son poids pour l’ensemble des Provinces, c’est 300 millions d’euros. Le coût d’un élève dans l’enseignement provincial est pris en charge à concurrence de 75 % par la FWB et 25 % par la Province. Qui va financer ces 25 %, sachant que la Communauté française n’a pas de pouvoir fiscal ? "

Consensus en revanche, entre majorité et opposition, pour considérer que l’institution a besoin de réformes. Mais les propositions libérales en la matière donnent " trop de poids aux bourgmestres ", estime Matthieu Content, alors que Katty Firquet met en évidence les 10 % du fonds des Provinces affectés aux projets touchant à la supracommunalité, souvent présentée comme un "empire du milieu" alternatif entre Région et communes. Province, je te rebaptise Communauté urbaine ? La réponse est entre les mains du gouvernement et du Parlement wallons.

Fêter le centenaire de l’Armistice

Parmi les compétences provinciales, quels projets pour le tourisme ? Faut-il mettre sur pied de nouveaux grands événements tels que le départ du Tour de France ? " On n’a pas besoin de se réfugier derrière le label "grands événements pour avoir des idées" , objecte "la" numéro deux du collège provincial. Le rayonnement assuré par la Grande Boucle reste exceptionnel: " A côté de cela, prenez les Fêtes de Wallonie. A quelle compétence provinciale peuvent-elles être rattachées ? C’est compliqué, donc c’est un grand événement ! " Le conseiller écologiste lance de son côté une piste pour cette année : l’Armistice. " On a commémoré le début de la Première Guerre mondiale en 2014. Qu’est-ce qui se passe en novembre 18 ? C’est la fin de la guerre et je pense que c’est beaucoup plus important de commémorer ce moment-là. Parce qu’on parle de paix ".

Sur la prévention et la promotion de la santé, une des attributions de Katty Firquet, au moins un compliment de l’adversaire politique : " Contrairement à Georges Pire, son prédécesseur dans cette compétence, Madame Firquet se concerte avec le secteur. Nous la soutenons aussi pour le centre sociosanitaire qu’elle lance à Liège ". Dans le cas particulier du dépistage du cancer du sein, très médiatisé ces temps-ci, la concertation n’a toutefois rien d’un long fleuve tranquille... " Pour avoir une unanimité scientifique sur tout type de dépistage, je peux vous dire que c’est la gageure , explique Katty Firquet. C’est vrai que précédemment, nous nous adressions à des tranches d’âge qui n’étaient pas validées scientifiquement (40- 49 ans). Nous sommes rentrés dans les rangs et nous avons demandé à l’ensemble des cercles de médecins généralistes sur le territoire provincial liégeois s’il y avait un intérêt à ressortir avec nos cars. La Région développe des centres agréés mais elle ne peut pas le faire partout. Alors, elle fait appel à nous. On va développer ce service dans l’arrondissement de Verviers parce que c’est le seul qui s’est montré intéressé ".

Il y a, bien sûr, beaucoup d’autres enjeux provinciaux. On y reviendra...


Le jour où Katty Firquet a "lâché" Paul-Emile Mottard

Poil à gratter Début février, le conseil d’administration de Publifin, réuni en urgence, débouche sur la démission de son président Paul-Emile Mottard (PS), mis en cause pour la modification d’un rapport adressé à la Région wallonne. Surprise : au cours de cette réunion, Katty Firquet "lâche" son partenaire au collège provincial, alors que le CDH Josly Piette, dans l’opposition, lui apporte son soutien. Que s’est-il passé ? " A cette époque-là, le conseiller CDH changeait d’avis d’un conseil d’administration à l’autre ! , répond Katty Firquet. Ensuite, cette "main invisible" qui est venue ajouter des paragraphes dans un rapport qui avait été voté, cela reste une inconnue. Je ne sais toujours pas ce qui s’est passé. Je me suis donc ralliée à la position de mon groupe politique ". Et l’ambiance au collège depuis lors ? " Publifin est une chose, la Province une autre. Nous nous sommes expliqués hors collège. Je ne dirai pas que c’était très joyeux, mais le collège fonctionne ". Sur l’avenir de la galaxie Publifin, les questions ne peuvent que fuser. On relèvera qu’aux dires de la députée provinciale, le projet de fusion des gestionnaires de réseau de distribution d’énergie Ores et Resa est loin d’être aussi avancé que certains l’ont écrit. Mais après une gestion publique aussi défaillante, ne faut-il pas envisager un gestionnaire privé ? " C’est un discours qui m’énerve un peu, qui est trop libéral, répond Gaston Merkelbach, secrétaire régional de la CSC Services publics. Ce n’est pas à cause des travailleurs que cela a foiré. On n’a jamais démontré qu’il y avait eu des défaillances dans les services rendus à l’ensemble des citoyens. On remet tout en cause parce que des comités ont été créés alors qu’ils ne devaient pas l’être ". La faute aux mandataires politiques concernés, donc. Et une chose est sûre en tout cas : " La Province ne mérite plus jamais de scandale Publifin ".

Les déclarations rapportées dans cet article ont été recueillies au cours de l’émission "Le débat politique", réalisée jeudi en partenariat par RCF Liège et La Libre Belgique/Gazette de Liége. L’émission sera rediffusée ce samedi 24 mars à 13h15 et dimanche 25 à 18h15. RCF Liège se reçoit sur 93.8 FM en région liégeoise. On peut aussi écouter ou podcaster sur http://rcf.be/liege-cat/rcf-liege-la-libre-le-debat-politique . Jeudi 5 avril à 18h15 : Herstal.