Gazette de Liége Mardi soir, Jean-Pierre Goffin introduisait une motion pour préserver nos lieux de mémoire.

Triste constat réalisé en région liégeoise (et ailleurs) : les vols et les saccages des lieux de mémoire sont de plus en plus fréquents. En cause principalement : l’attrait pour des métaux divers revendus à prix d’or ? Tout dépend de la quantité bien sûr, mais après le rail, les voleurs s’attaquent donc désormais à ces sites de recueillement. On se rappelle ainsi récemment le vol du célèbre fusillé de la Chartreuse (en bronze), retrouvé - mutilé - le mois dernier.

Pour son dernier conseil, Jean-Pierre Goffin, conseiller PS à Liège, tenait à introduire une motion pour une matière qui lui est chère… "pour la prise en charge par la Défense nationale de la protection des lieux de mémoire liés aux faits de guerre". Pour le socialiste en effet, ces lieux, "qui font aujourd’hui l’objet de vols organisés" et sur lesquels "il existe une menace à l’échelle nationale nécessitent une coordination des moyens d’action des communes". Objectif de la motion dès lors : "solliciter, auprès du ministre de la Défense, la prise en charge de la protection des monuments commémoratifs et auprès du gouvernement fédéral la création d’un fonds d’aide en vue de rénover ou réparer les monuments dégradés". Une motion a priori "bon esprit" qui aurait donc pu passer comme une lettre à la poste… si le MR, pourtant futur partenaire du PS, n’avait "tiqué".

Pour Michel Péters en effet - accessoirement conseiller Défense auprès du Premier ministre Charles Michel - "cette solution vise à attaquer le gouvernement fédéral et cette idée de tout mettre sur le dos du fédéral est pitoyable". Voilà qui est dit. Et de s’interroger sur le caractère vague de la motion : "La Défense n’a pas pour mission d’assurer des restaurations ou remplacements sur des sites qui ne lui appartiennent pas. Quant au fonds, je suppose que c’est le fédéral qui l’alimenterait. Mais qui déciderait des interventions dans des cimetières qui ne sont pas propriété de la Défense ?"

Le début des tensions entre les futurs partenaires liégeois, miroir des tensions PS-MR au fédéral ? De quoi amuser les autres partis en tout cas et promettre quelques échanges délicats lors de la prochaine législature. Les socialistes et les libéraux ont toutefois pu (dû ?) apaiser les esprits et, vu le caractère pertinent de la requête, se sont engagés à retravailler la motion pour le prochain conseil.