Gazette de Liége Pour urbAgora, le réseau de bus doit pouvoir évoluer selon les besoins.

Dans la perspective de l’arrivée du tram et du REL (Réseau express liégeois) en région liégeoise, qui entraînera la réorganisation du réseau de bus, l’ASBL urbAgora estime qu’il convient de repenser le réseau de manière globale et pas seulement s’en tenir à l’étude des "quatorze axes de bus structurants" tels qu’ils ont été définis.

Le réseau doit aussi pouvoir évoluer selon les besoins de mobilité des citoyens et les futurs pôles d’attractivité tels que les Ateliers centraux à Ougrée et Coronmeuse à Liège, ont indiqué mardi Laurent Nisen et Baptiste Boulier, président et porte-parole de l’ASBL liégeoise urbAgora.

Le tram ne fonctionnera pas si…

"Le tram et le bus doivent être complémentaires. Il y a un vrai enjeu à repenser le réseau de bus de manière globale car il y a un risque que le tram ne fonctionne pas si les usagers ne trouvent pas dans l’offre de transport en commun un certain confort de déplacement", insiste Baptiste Boulier.

C’est ainsi que l’ASBL urbAgora émet quelques principes de méthodologie comme la création de nouvelles liaisons desservant les pôles principaux mais sans systématiquement passer par la place Saint-Lambert comme c’est le cas actuellement, le fait de raccorder certaines lignes en vue d’instaurer des liaisons directes entre des quartiers et ainsi alléger la circulation de bus dans le centre de Liège ou encore la desserte de quartiers peu desservis par les réseaux principaux.

Fusionner et créer

En guise d’exemples concrets, les deux représentants d’urbAgora ont notamment évoqué la possibilité de fusionner les lignes 21 et 24 de manière à relier le Laveu au Thier-à-Liège, de créer une ligne reliant de grands et futurs pôles que sont la gare d’Ans, la gare des bus de Jemeppe, les Ateliers centraux à Ougrée et le campus universitaire, de fusionner les lignes 10 et 12 afin de relier directement les deux rives depuis Awans jusque Fléron ou encore d’établir une ligne qui relierait le plateau d’Ans à la rive droite tout en offrant un accès direct à la gare des Guillemins depuis certains quartiers où cela est actuellement inexistant.