Gazette de Liége

Les organisations syndicales, au terme de plusieurs réunions avec la direction de Keravalon, à la tête de Mecamold depuis mai dernier, sont parvenues à sauver, à partir de 2020, 12 des 54 emplois menacés par la restructuration de l'entreprise herstalienne spécialisée dans la fabrication de moulages de pneus, société revendue au printemps dernier par Bridgestone. L'entreprise emploiera encore cependant 103 personnes en 2019, les syndicats ayant sauvé six emplois supplémentaires pour une durée d'un an. La FGTB avait annoncé qu'elle formulerait des contre-propositions au regard du plan industriel déposé par la direction, plan impossible à mettre en route avec 85 personnes comme le prévoyait Keravalon. Cette dernière a dès lors analysé les propositions syndicales et accepté de garder 17 des 54 emplois menacés en 2019, nombre qui doit être ramené à 11 en 2020.

Cette contre-proposition a été difficilement acceptée par le personnel qui a débrayé mardi pour une durée 24 heures. Lors de la réunion organisée ce jeudi, les employés, qui avaient également formulé des contre-propositions, essentiellement au niveau du secteur dessin, ont obtenu le maintien d'un emploi supplémentaire portant ainsi à 18 les emplois sauvés pour 2019 et à 12 dès 2020.

"La direction souhaite désormais passer à la phase 2 de la procédure Renault et donc aux négociations sur le volet social. Nous demanderons mandat à notre base vendredi après-midi", a indiqué la FGTB.

Cette seconde phase sera particulière car les organisations devront d'une part négocier les conditions de départ des 44 personnes finalement concernées par le plan de restructuration tout en veillant aux intérêts du personnel en place, la direction ayant annoncé des coupes dans la masse salariale.