Gazette de Liége

Une profonde transformation, c’est en résumé ce qui est prévu le long des quais de la Meuse, entre l’évêché face au port de plaisance et le pont de Fragnée

Mercredi soir, une délégation du Service public de Wallonie (SPW) a présenté les gros changements envisagés pour ces quais très (trop) rapides. C’est précisément cet aspect qui est amené à disparaître. "Il s’agit d’intégrer d’autres modes de déplacement que la voiture" , précise Dominique Verlaine, responsable des routes liégeoises au SPW.

Le projet, estimé à 12,5 millions d’euros, n’est autre que l’un des volets accordés dans le cadre des fonds européens Feder, de 30 millions d’euros au global. Plutôt que de se concentrer sur le point de jonction entre l’esplanade des Guillemins et les quais, il s’agit désormais d’intervenir sur tous les quais, entre le pont de Fragnée et l’évêché dès lors.

Objectif annoncé : réduire le trafic de transit et donc rendre les quais au trafic local comme aux autres usagers entendons autres que les voitures. "Il ne s’agit plus d’enfouir les quais, la nouvelle philosophie est de transformer l’endroit en voirie urbaine, la voiture doit s’adapter aux autres usagers comme les piétons, qui pourront retrouver un accès à la Meuse."

Pour l’heure, les quais font ici office de véritable autoroute urbaine. Ce ne sera plus le cas. Fini dès lors de débouler à 100 km/h le long de l’eau. "Clairement celui qui ne fait que traverser la ville par les quais ne pourra plus le faire." C’est un grand changement pour les riverains, "il y aura une plus grande perméabilité entre les quartiers et les quais".

On envisage aussi un parcage longitudinal sur les nouveaux axes Et pour ceux à qui cela ne plaît pas, il reste à contourner Liège par l’autoroute. C’est d’ailleurs l’objectif poursuivi.

L’échevin liégeois des Travaux Roland Léonard (PS) s’est déclaré pour sa part heureux de ce projet "cohérent pour Liège".