Gazette de Liége

Après l’opposition MR-Écolo, il fallait s’y attendre, c’est le groupement Guillemins.be (qui regroupe essentiellement des riverains de la nouvelle gare) qui rue dans les brancards à propos des projets de la Ville de Liège.

Voici quelques jours, le bourgmestre Willy Demeyer (PS) exprimait sa préférence pour l’expropriation de soixante logements rue Paradis, face à la nouvelle esplanade, "pour faire passer le tram", avait-il été dit. Une position politique qui n’engage rien ni personne, si ce n’est lui-même, mais qui aura eu le mérite de fixer les habitants de la rue sur les intentions du mayeur.

Un lien naturel

Une parole de trop pour Guillemins.be qui a décidé de réagir "Nous avons décidé d’engager un avocat, commente ce riverain, et d’envoyer une lettre ouverte à Willy Demeyer pour qu’il revoie sa copie. Il nous semble logique de garder un lien naturel entre la gare et la ville de Liège". Entendons un bâti à taille humaine

"Nous l’avons rencontré hier en fait, continue le président des riverains de Fragnée-Blonden, et il ne nous a pas du tout rassurés". Ce que craignent ces derniers, c’est tout simplement que les révélations d’expropriations ne se multiplient.

La question est donc de savoir si les plans ne sont pas éternellement évolutifs comme les expropriations. "Je sens vraiment que je serai le prochain sur la liste", relance ce rescapé de la rue.

La confiance semble rompue et les choix qui sont portés ne sont plus du tout partagés.

Même son de cloche du côté de la rue des Guillemins, où les commerces plaident pour le passage du tram dans leur rue : "Un expert de la Région a dit que, si dans dix ans le tram ne passait pas, les commerces n’existent plus".