Gazette de Liége

Alors que la grève se poursuit ces jeudi et vendredi au CHR de la Citadelle contre les mesures d'économies présentées par la direction, une délégation syndicale CSC Services Publics-CGSP ira jeudi à la rencontre du président du conseil provincial afin de lui faire part des inquiétudes des travailleurs, a indiqué mercredi Lina Cloostermans, secrétaire permanente CSC Services Publics, qui déplore un climat de pressions toujours plus pressant sur le personnel. 

Durant l'entrevue avec Claude Klenkenberg, des travailleurs manifesteront leur soutien en se rassemblant sur la place Saint-Lambert. Vendredi, un rassemblement aura lieu dès 8h00 dans le hall d'entrée de l'hôpital, avant la réunion du conseil d'administration à laquelle s'invitera la délégation syndicale.

"Nous demanderons aux administrateurs, en particulier à la présidente, d'insister auprès de la direction pour qu'une réelle transparence soit enfin de mise dans les négociations. Nous estimons, en effet, qu'il y a rétention d'informations concernant le financement de l'hôpital et les heures supplémentaires", précise Lina Cloostermans, dénonçant l'attitude de la direction.

"Nous apprenons qu'elle voudrait déjà appliquer aux personnes engagées dès le 1er mars un autre système que les 11 % pour prestations inconfortables. Ce qui est totalement illégal", insiste la secrétaire permanente CSC Services Publics. "La négociation s'achevant le 28 février, ce n'est qu'à ce moment qu'un protocole d'accord sera présenté aux organisations syndicales. Ensuite, ce protocole devra être envoyé à la ministre des Pouvoirs locaux, qui devra se prononcer sur la modification du statut pécuniaire du personnel de la Citadelle avant sa mise en application. La direction du CHR de la Citadelle doit cesser d'outrepasser ses obligations"!

Les travailleurs (CSC Services Publics et CGSP sans le SLFP qui s'est désolidarisé) s'opposent aux trois mesures d'économies prévues au budget 2018 qui les touchent directement, à savoir la diminution des effectifs de 35 équivalents temps plein (dont les agents du Centre pour enfants infirmes moteurs cérébraux qui seront transférés vers l'intercommunale ISOSL), le remplacement de la prime de 11% pour prestations inconfortables dont bénéficie le personnel soignant et la réduction de la partie variable de la prime de fin d'année.