Gazette de Liége

C’est au théâtre Arlequin qu’Armel Job, l’écrivain belge dont Robert Laffont édite les romans, a confié la création mondiale de sa pièce "L’évasion de Socrate." Helléniste, l’auteur de cette comédie a quitté l’enseignement voilà quelques années pour se consacrer à sa passion pour l’écriture. Tous ses romans ont été des succès. "Les fausses innocences" ont obtenu le Prix Giono, "Tu ne jugeras point" le Prix Simenon, "Helena Vannek" le Prix des Lycéens. Il y a eu aussi "Dans la gueule de la bête" dont l’action est à Liège ainsi que "Loin des mosquées" et "Une femme que j’aimais" qui vient de sortir de presse.

"L’évasion de Socrate" met en scène le célèbre philosophe. "Il a été injustement condamné à mort par Athènes pour athéisme et perversion de la jeunesse, précise l’Arlequin dans un communiqué. Il attend dans sa prison l’exécution par empoisonnement. Un de ses amis fait le projet de faire évader l’illustre condamné. La jeune épouse de Socrate se lance corps et âme dans ce projet. Mais par respect de la justice tout injuste que soit la condamnation, Socrate s’oppose à l’évasion proposée. Quand surgit une idée folle dont on va tenter de faire complice le garde-chiourme . La pièce est tout autant une comédie philosophique, lourde de sens face au populisme qui nous guette aujourd’hui, qu’un suspense attrayant où l’humour ne manque pas".

Mise en scène par José Brouwers dans un décor de Valérie Urbain avec des costumes de Marie-Josée Delecour, l’œuvre est servie par quatre comédiens : Catherine Ledouble, Jean-Louis Maréchal, Alexandre Tirelier et Serge Swysen dans le rôle de Socrate.

Représentations tous les vendredis et samedis de mars à 20 heures 30 (sauf le 16) ainsi que le dimanche 11 mars à 15 heures. Location: tél. 04.223.18.18, billetteries du Forum et de l’Arlequin.