Gazette de Liége Theux Le bourgmestre doit céder son écharpe mayorale, mais reste encore un peu sur son siège.

On l’avait annoncé pour ce lundi 7 mai à Theux, mais Philippe Boury, bourgmestre en titre, s’accroche encore un peu à son écharpe mayorale. Il faut dire que ce choix de quitter son siège de mayeur n’est pas le sien et que cette fonction, il l’occupe corps et âme depuis près de quinze ans déjà puisqu’il a accédé à cette fonction en 2004.

C’est l’échevin Didier Deru, actuel premier échevin en charge des Travaux et des Marchés publics qui doit lui succéder. Cette passation de pouvoir devrait avoir lieu avant le 1er juillet prochain, au conseil de juin donc. Mais Philippe Boury compte bien exercer son mandat jusqu’à la dernière minute.

"Techniquement, je dois quitter mon poste avant le 1er juillet, mais je ne sais pas encore quand ce sera exactement", nous confiait, pas pressé, Philippe Boury ce lundi. Pour rappel en effet, c’est à la suite de l’affaire Publifin et des abus dénoncés dans le chef de certains responsables d’entreprises publiques que le bourgmestre de Theux a dû choisir entre son emploi à la SWDE et son poste de mandataire public. Un choix qu’il pose donc contraint et forcé, lui qui dit avoir toujours exercé ses deux vies à temps plein.

Il n’en reste pas moins qu’au sein de la formation IFR (Intérêts franchimontois réunis), à tendance libérale (depuis 1977) et libérale humaniste depuis 2012, perdre un poids lourd comme Philippe Boury serait une véritable catastrophe. En 2012, l’homme fort de Theux, c’était 2 281 voix de préférence là où le socialiste André Frédéric n’obtenait que 999 voix (contre 560 pour Matthieu Daele chez Ecolo).

Ce choix de quitter définitivement la politique theutoise ne devrait d’ailleurs pas être le sien. Philippe Boury pourrait très certainement pousser la liste IFR, qui se porte déjà bien, nous confie-t-il encore.

"Actuellement, la liste est en cours de finalisation et nous n’avons pas encore arrêté tous les noms ni la tête de liste d’ailleurs, mais je peux déjà vous dire que nous devons faire des choix, car il y a 40 à 50 personnes intéressées."

Philippe Boury ne sera plus mayeur donc, mais il restera plus que jamais actif à Theux.

"On se prive de compétences"

Il ne l’a jamais caché, choisir entre Theux et la SWDE est un non-sens pour Philippe Boury. Et au final, "c’est mon emploi que j’ai choisi", explique-t-il. Pour le bourgmestre de Theux en effet, ce choix imposé alors que certains profitent de la situation n’est pas sensé, "car j’estime que travailler dans une société publique permet d’avoir des connaissances sur des matières importantes. En cloisonnant cela, on va finir par se priver de personnes ayant des compétences". Et de se défendre de profiter d’avantages financiers. "Je le répète, la SWDE, c’est mon emploi." Et bourgmestre… c’est sa vie. "Pour ce qui est de mon mandat, c’est aussi un temps plein mais que j’exerce 24 h sur 24 depuis toujours. Si on est entouré d’une bonne administration, être bourgmestre consiste à être présent, à donner des impulsions, faire des choix."