Gazette de Liége Un agent du CPAS âgé de 61 ans a détourné des centaines de milliers d’euros depuis 2003.

Après le Samusocial, voici une nouvelle affaire au préjudice de personnes précarisées qui risque de défrayer la chronique. Ce dimanche en effet, un agent du CPAS de Liège, âgé de 61 ans, a été placé sous mandat d’arrêt. Il est accusé de "détournement commis par fonctionnaire, faux commis par fonctionnaire et blanchiment" , confirmait le parquet de Liège.

Comme le révélait le Vif ce jeudi en effet, l’agent indélicat, en aveux, s’est rendu coupable de détournement d’argent public… Précisément, il puisait sur le compte des règlements collectifs de dettes; on parle de plusieurs centaines de milliers d’euros. Et l’enquête ne fait que débuter.

C’est le 14 février dernier que l’affaire fut mise au jour. Alors que l’agent était absent, un remplaçant aurait inopinément mis la main sur un virement intriguant… Immédiatement, la hiérarchie fut tenue au courant et, face à l’évidence, l’agent était licencié.

Depuis 2003, l’homme - qui travaillait au CPAS depuis 1999 - aurait mis en place un système lui permettant de ponctionner à sa guise dans le compte du règlement collectif de dettes, compte qui est donc destiné à aider les personnes surendettées à rembourser leurs créances. Pour détourner l’argent, l’agent n’avait visiblement pas mis en place un système complexe… En effet, le compte de règlement collectif de dettes est global et donc utilisé pour d’innombrables dossiers. L’agent utilisait à ses propres fins ce pot commun providentiel mais les créanciers étaient toujours payés. Personne n’a rien vu… Le fraudeur réinvestissait ensuite les fonds détournés dans l’immobilier...

Sur les 181 dossiers de règlement collectif de dettes actuellement gérés par le CPAS, 65 étaient sous la responsabilité du suspect. La moitié de ceux-ci aurait fait l’objet de détournements.