Gazette de Liége Chronique

Albert Lemeunier, ancien premier conservateur du Grand Curtius et chargé de cours honoraire à l’Université de Liège, président de la Fondation Liège-Patrimoine, a donné au Vertbois une conférence sur Jean-Gilles Jacob, architecte et maître maçon peu connu du grand public.

Jean-Gilles Jacob est né à Hermalle-sous-Huy en 1714 et y est mort en 1781. Son père Sébastien dit Bastien Jacob est maître maçon et greffier de l’église de Hermalle-sous-Huy. Sa mère, Catherine Troquet, est la fille d’un menuisier d’Engis. En 1712, ils ont acheté une prairie à Hermalle-sous-Huy et y ont fait construire une maison. Leur fils Jean-Gilles suit les traces de son père, il devient maître maçon et architecte. En 1741, à la mort de son père, Jean-Gilles hérite de la maison qu’il va améliorer à l’extérieur et à l’intérieur. En 1753, Jean-Gilles épouse Marie-Angélique Mataigne dont le père est notaire à Hermalle-sous-Huy.

Dans les améliorations intérieures apportées à sa maison natale, Jean-Gilles Jacob fait stuquer des plafonds avec notamment un médaillon portant équerre, compas, règle coulissante, truelle, marteau d’épinceur, fil à plomb, entouré d’un chronogramme qui peut se traduire par "Fut construit aisément par l’étude et le travail". Des peintures au dessus de la porte d’entrée, et de celles de placards, sont particulièrement remarquables par les sujets traités. Il s’agit des quatre métiers de la construction: charpentiers, maçons, tailleurs de pierre et briquetiers. A propos de ces derniers, il faut savoir que dans le passé, la commune d’Amay toute proche était spécialisée dans la fabrication des briques. La maison natale de Jean-Gilles Jacob, devenue presbytère, est toujours visible à Hermalle-sous-Huy. Elle est classée monument historique.

Très vite, Jean-Gilles va se voir confier des chantiers très importants. Outre des chapelles, châteaux, maisons privées, il a signé le chœur de l’église de Hermalle, le château de Warfusée, l’église abbatiale du Val St-Lambert, le palais abbatial de l’abbaye du Val St-Lambert, qui remplace, à partir de 1750, le monastère médiéval de l’ordre de Citeaux fondé en l’an 1200. Du 18e siècle, il reste aujourd’hui le grand portail et le palais abbatial, construit de 1762 à 1765, maintenant connu sous le nom de château du Val St-Lambert. On doit aussi à Jean-Gilles Jacob l’hôtel de Ville de Huy et le pont Saint-Nicolas sur le Hoyoux.

Son fils Sébastien (il porte le nom de son grand-père) sera lui aussi architecte et travaillera sur certains chantiers avec son père. Jean-Gilles Jacob est l’arrière-grand-père du célèbre magistrat liégeois Joseph Raikem qui fut ministre de la Justice en 1831 et procureur général de Liège.