Gazette de Liége

Fondé en 2007, Ogeo Fund est un organisme de financement de pensions (OFP), devenu au fil du temps le cinquième plus grand fonds de pension belge. Fonds de pension multi-employeurs gérant les pensions du premier pilier, il s’adresse essentiellement aux institutions publiques et parapubliques dont certaines en sont d’ailleurs des membres fondateurs. Parmi les entreprises affiliées à Ogeo Fund, on compte Tecteo, l’Intercommunale d’incendie de Liège et environs, la Compagnie intercommunale liégeoise des eaux, la Ville de Seraing et la Province de Liège. L’assemblée générale de cet OFP est présidée par le député provincial André Gilles (PS), lequel préside également un conseil d’administration pluraliste. Et c’est le CA qui détermine la politique de placements qui est celle d’Ogeo Fund et qui est mise en œuvre par un comité de direction présidé par Stéphane Moreau (PS). En vertu de la stratégie définie, il diversifie donc les placements de l’OFP, notamment dans l’immobilier.

C’est dans ce cadre qu’Ogeo Fund a fait récemment l’actualité puisqu’on a appris qu’il était désormais partie prenante du dossier Bavière, du nom de ce vaste site racheté en janvier dernier par un consortium rassemblant en son sein les sociétés Thomas et Piron, Galère et Kaïros. Depuis lors, cette dernière s’est désistée et c’est donc Ogeo Fund qui est venu en appui, injectant 4,5 millions dans une nouvelle société, baptisée Urba Liège et associant également Thomas et Piron, CFE et BAM.

Si ce projet immobilier d’ampleur - son coût global est estimé à quelque 200 millions d’euros - est actuellement à l’étude et ne fait donc pas - encore - jaser, ce n’est pas le cas de celui attribué à Ogeo Fund et visant la création d’un centre d’affaires dans le parc de Cointe. Le projet n’est pas officiel mais il inquiète déjà les riverains de ce parc privé à caractère résidentiel. Une précision d’importance pour l’Association des propriétaires du parc de Cointe (APPC) qui fait référence à la particularité de ce lotissement datant de 1895 et privatisé depuis 1926. C’est ainsi par exemple que l’APPC est propriétaire des voiries et des conduites de gaz et d’électricité du quartier. C’est ainsi également qu’elle donne systématiquement son avis aux demandes de permis d’urbanisme la concernant.

Ce qui a mis la puce à l’oreille de l’APPC, il y a déjà un an, c’est le rachat par Ogeo Fund, entériné depuis lors, d’une imposante bâtisse sise au numéro 28 de l’avenue des Ormes. Une bâtisse acquise par l’OFP pour un montant avoisinant le million d’euros. L’intention première d’Ogeo Fund était visiblement d’en faire un centre d’affaires avec bureaux et salles de conférence. Ce que ne permettent toutefois pas les actes notariés régissant l’usage du parc de Cointe. L’APPC, qui a voté à l’unanimité contre ce projet tel qu’il lui a été présenté à l’époque, est bien décidée, coûte que coûte, à conserver le caractère résidentiel du parc. Reste à savoir si ce projet se maintiendra ou s’il se transformera en la construction d’appartements comme ce fut également envisagé. Cela fait plusieurs mois que l’APPC n’a plus de contact avec Ogeo Fund et aucune demande de permis n’a encore été déposée à la Ville.