Gazette de Liége

Après la saga des annexes du palais de Justice, celle de la tour des Finances ? Les riverains opposés au projet modifié de l’agence Fedimmo, en phase d’enquête publique (LLB-Gazette de Liége 6/4), se disent en tout cas prêts à introduire un recours au Conseil d’Etat.

Face à cette perspective d’une longue guerre de tranchées juridique, les associations concernées, que fédère la plate-forme Guillemins.be, préfèrent privilégier la rediscussion. "Il vaut mieux mettre six mois pour arriver à un projet consensuel que de risquer quatre ou cinq ans de procédures", plaide François Schreuer, président du groupe de réflexion urbAgora. Gérard Debraz, président du Comité de quartier Fragnée-Blonden, est en phase : "A la différence d’autres projets en cours dans le quartier , le site Fedimmo n’est lié à aucune échéance en lien avec le Feder (les fonds européens), note-t-il. Il ne serait donc pas dramatique de prendre un peu de temps".

Ce qui, aux yeux de ses opposants rend indigeste la future tour des Finances, c’est notamment sa hauteur. "Les tours les plus élevées à Liège comme la Cité administrative et la tour Kennedy atteignent 80 ou 90 mètres maximum, explique François Schreuer. Ici, ce serait 138 mètres flèche comprise. En outre, ce n’est pas une construction fine, élancée, mais au contraire très massive. Et on la verra de partout en ville".

Déplorant l’absence d’un concours d’architecture, le front du refus, où figurent aussi le Comité de quartier Bronckart et alentours, le Comité des riverains de la gare, le Gracq (cyclistes) , préfère le plan de l’architecte Dethier qui envisageait un gabarit de 75 mètres de haut. La plate-forme craint, en outre, que la construction de logements reste en rade sur la parcelle de Fedimmo et elle met d’autres propositions sur la table : l’installation des Finances dans le bâtiment en projet rue du Plan Incliné - jugé pertinent moyennant moins de places de parling (1240 prévues) et une volumétrie moins monolithique - ou encore la rénovation de la tour actuelle (Dedoyard) avec un édifice supplémentaire. "L’excuse selon laquelle il faudrait la désamianter pour la rénover ne tient pas, affirme Gérard Debraz. Car pour détruire, il faudra aussi désamianter".

Pour rappel, la Ville de Liège a, quant à elle, accueilli beaucoup plus favorablement la nouvelle copie de Fedimmo. On s’y est réjoui notamment de la distance accrue entre l’immeuble et les logements de la rue de Fragnée, de la croissance d’ensoleillement des riverains ainsi que de la forme plus esthétique.

Mais le cartel Guillemins.be a d’autres mauvaises notes à distribuer au collège : notamment de s’être "plié au diktat de la SNCB" pour la nouvelle mouture de la place des Guillemins et de n’informer le public que trop tard ou dans des conditions cavalières. "On a besoin d’un Monsieur Coordination !" Satisfecit, par contre, pour l’aménagement prévu par le Service public de Wallonie (SPW) le long des quais, à condition de le prolonger jusqu’au pied du pont de Fragnée. "Il semble que nous avons été entendus"