Un duo s’active en coulisses

Publié le - Mis à jour le

Gazette de Liége

Croire en la musique. Depuis le 5 juin 2012, cette formule n’est plus uniquement la devise de deux jeunes femmes profondément mélomanes, c’est également le nom de leur propre agence de communication artistique basée sur la gestion de communautés en ligne : "Musical Believers".

Grande amatrice de soul américaine, adepte du facétieux Ray Lamontagne, frissonnant à la moindre note d’une chanson de Michael et Janet Jackson, Mariah Carey ou Withney Houston, Charlotte Le Gal, une jeune Française, se lance pourtant dans des études de Droit. Mais après quelques mois, elle s’en désintéresse radicalement et se consacre à la promotion d’artistes sur internet. Autodidacte, la jeune blonde apprivoise le web rassemble des informations et créé bénévolement des sites participatifs consacrés aux musiciens et aux danseurs.

Au bout de plusieurs années, le succès lui sourit et sa vocation devient une source de revenus. C’est le début d’une ascension fulgurante qui lui ouvrira les portes des maisons de disques Universal Music France, de Sony Music et la conduira à deux castings de la Star Academy. Mais les majors ont beau lui faire les yeux doux, l’entrepreneuse est de plus en plus déçue par l’industrie musicale française. "J’aime les artistes et je veux les aider à se faire connaître quand ils le méritent. Or en France, les gens sont de plus en plus blasés. Cela fonctionne davantage par piston que par talent", déplore-t-elle.

Puis, un soir, tandis que les sonorités pop-soul de l’artiste Jool s’emparaient du bar club parisien "L’étage", Charlotte Le Gal croise le chemin de la Liégeoise Marine Livadiotis. Elle-même animatrice aguerrie de réseaux sociaux, la jeune femme lui propose de tenter l’aventure dans son Liège natal. Après des stages au café-théâtre la Bouch’rit, à la radio Zone 80 et à la boîte de production Jack Maestro, cette licenciée en Communication artistique de la Haute école de la province de Liège jouit en effet d’un carnet d’adresse bien fourni.

La Française est directement séduite par le projet et par les Belges. "J’aime la Belgique ! Les contacts y sont beaucoup plus cordiaux et sincères qu’en France", se réjouit-elle. Désormais installées dans l’ombre de la Médiacité, les deux jeunes femmes ultraconnectées travaillent de concert pour entretenir la renommée d’artistes en vogue, mais elles nourrissent également un autre rêve. "Notre art c’est de mettre en avant celui des autres. Accompagner un artiste talentueux depuis ses premiers pas jusqu’à la célébrité serait le pied !", confient-elles.

Charlotte et Marine pourront s’inspirer du projet Chic and Cheap, porté par JustineUrbain et Sarah Jonet Ces deux jeunes Liégeoises ont joué un rôle essentiel dans l’essor de la créatrice de bijoux Esther Grenadine ainsi que dans le renouveau de la rue Neuvice ! Chez Musical Believers comme chez Chic and Cheap, vivre de l’art est un art de vivre.Yannick Gody (st.)

Publicité clickBoxBanner