Gazette de Liége

Ce lundi était un jour important dans le cadre global de l’aménagement du quartier des Guillemins, en particulier du projet de Tour des Finances. En effet, c’était la date ultime à laquelle le ministre wallon de l’Aménagement du territoire Philippe Henry (Ecolo) devait se positionner quant aux différents recours introduits contre le projet. Et le ministre Henry a annoncé qu’il avait rejeté les recours et donc confirmé par-là même le permis unique qui avait été octroyé en septembre dernier par les fonctionnaires délégué et technique de la Région wallonne. Une décision qui s’inscrit selon ce dernier, lequel s’exprimait hier, dans la suite logique du périmètre de remembrement urbain adopté fin 2007 par le gouvernement wallon et vue comme une confirmation du certificat d’urbanisme octroyé à l’été 2008. Le ministre a ainsi rappelé les rétroactes du projet de Tour (dont l’attribution du marché au promoteur Fedimmo en 2009), un bâtiment qualifié de remarquable par Philippe Henry. "Tout comme la gare Calatrava, il s’agit d’un bâtiment que l’on peut aimer ou ne pas aimer mais il s’agit d’une émergence architecturale remarquable". Si le ministre écolo n’a pas déclaré être un grand fan de ce projet de Tour, "un bâtiment qui n’est certes pas optimal en matière d’économies d’énergie", il répond selon lui aux défis, qu’ils soient énergétiques ou économiques, inhérents au développement de bureaux en centre-ville et non en périphérie, insistant sur la position jugée idéale d’une telle tour, à proximité immédiate de la gare. Au sujet du développement global du quartier des Guillemins, Philippe Henry a insisté sur la volonté de "marquer le coup", notamment en vue d’une éventuelle Exposition internationale en 2017 à Liège, et de faire des Guillemins "un quartier d’enjeu régional pour 2017". L’idée est tout à la fois d’y développer un quartier d’affaires de référence européenne (le modèle de Lille est évoqué) et d’y créer également un éco-quartier semblable à ce qui est envisagé pour Coronmeuse. Pour rappel, ce ne sont pas moins de 100000 m² de bureaux, auxquels il faut ajouter les 60000 m² que la SNCB-Holding compte valoriser rue du Plan incliné, et 30000 m² destinés au logement qui sont envisagés dans le cadre du périmètre de remembrement urbain. La maîtrise foncière est assurée en l’espèce par la Ville, la SNCB et la s.a. Fedimmo. Autre élément important : outre la création d’un comité d’accompagnement rassemblant, à côté des acteurs déjà présents au sein de la Société de développement de Liège-Guillemins, la Région wallonne, il est également souhaité que Fedimmo lance à l’été prochain un concours international pour l’aménagement des îlots longeant la future esplanade. Laquelle ne pourra être réalisée qu’une fois le déménagement des fonctionnaires des Finances et la démolition de l’actuelle tour effectués, soit selon le calendrier évoqué ce lundi pas avant 2014. "L’idée est qu’alors, l’espace soit libéré pour la réalisation de l’esplanade et le passage du tram, précise le ministre Henry, et qu’en 2017, l’esplanade des Guillemins soit bel et bien une réalité". Coté Ville de Liège, dont les représentants étaient présents hier, c’est une grande satisfaction qui prévalait. Et si tant le bourgmestre Willy Demeyer que le Premier échevin Michel Firket reconnaissaient "un timing serré mais tenable", les deux édiles liégeois mettaient en avant l’importance d’avancer et de sortir par le haut dans ce dossier, sur lequel il existe "une vision stratégique d’ensemble".