Gazette de Liége L’Allée des artistes a repris le théâtre du P’tit Boulv’art. Son projet se veut éclectique.

Son envie est devenue réalité. Depuis plus de six ans, Michel Coco, citoyen de Seraing, rêvait de devenir un acteur culturel à temps plein. C’est désormais chose faite suite à la reprise de l’ancien théâtre du P’tit Boulv’art, situé boulevard d’Avroy, juste à côté de l’athénée Léonie de Waha, devenu aujourd’hui l’Allée des artistes. "Je gérais l’événementiel et l’artistique sur un site de sorties sur Internet, explique-t-il. J’allais voir des spectacles à Liège et je souhaitais intégrer une équipe de gestion au sein d’un théâtre."

L’aide des Anges hantés

L’idée faisait son chemin et le Sérésien s’entourait pour que ce projet puisse un jour prendre forme. "Je me suis adjoint l’aide des Anges hantés, une troupe de théâtre qui, pour partie, contribue pleinement à la gestion de ce nouvel espace culturel que nous avons lancé fin janvier avec le spectacle d’une jeune chanteuse, Valentine Bini, qui a joué au chapeau et qui a fait sold out", confesse Michel Coco.

Mais à l’Allée des artistes, on fait vite sold out puisque la salle ne comprend que 50 places. Elle était, le week-end des 11-12 février dernier, le terrain de jeu de magiciens avant que Sum, humoriste carolo, ne monte sur les planches le 11 mars prochain.

S’il permettra aux Anges hantés de disposer d’une résidence, comme certains DJ, le théâtre est avant tout voué à devenir un lieu culturel où se croiseront humoristes, chanteurs, comédiens, musiciens classiques, mimes ou encore magiciens.

Toucher des publics différents

"Ce sera aussi un café littéraire ou un lieu dans lequel on pourra jouer à des jeux de sociétés, précise le responsable . On souhaite toucher des publics différents et, à terme, être ouverts tous les jours. Notre souhait est également de pratiquer des prix démocratiques à 12 euros en prévente et 15 euros (maximum 20 euros) le jour du spectacle."

Autre activité développée sur le site : des cours de théâtre qui ont débuté il y a quinze jours. Création de personnages, exploration de l’imaginaire, quête du lâcher prise, représentations publiques… Un programme étoffé prévu jusque juin au prix de 200 euros pour les adultes (les lundis et mardis de 19h30 à 22h30) et les adolescents (les mercredis de 15h30 à 18h30) et 140 euros pour les enfants (les mercredis de 15h30 à 18h30).