Gazette de Liége L’ancienne friche située derrière l’hôtel de Ville est totalement transfigurée.

Depuis plusieurs mois, un travail colossal a été entamé à l’arrière du nouvel hôtel de Ville herstalien. De ce vaste chantier a émergé le concept de " musée de l’Éphémère ", un lieu novateur, à la fois espace de détente, d’apprentissage et de partage.

En son centre, dans des conteneurs aménagés, le site accueille le projet Lease (Laboratoire économique, artistique, scientifique et environnemental), qui œuvre à connecter l’art, la science et l’environnement autour de projets communs.

Les chauves-souris voleront tranquilles

Autour de ces conteneurs, un tout nouveau parc paysager est en train de voir le jour. C’est l’artiste Werner Moron, sculpteur de biotopes, qui a conçu ce parc en neuf zones favorisant la biodiversité. Milieu humide ou sec, petite mare, lieux ensoleillés et ombragés, sols pauvres et riches.

Même l’éclairage a été pensé pour ne pas brusquer les animaux nocturnes. En effet, les lampes éclaireront le sol d’une couleur qui rappellera celle d’un feu. De quoi permettre aux chauves-souris de voler tranquillement sur le site.

Les lieux accueilleront un riche programme d’activités diverses et d’ateliers gratuits. Enfin, une rampe accessible aux piétons, cyclistes et PMR a également été construite, afin de favoriser le cheminement depuis le centre-ville.

"Cet espace, on a décidé de l’appeler musée plutôt que parc car chacune des zones poursuit un objectif pédagogique précis, partagé avec la population, explique Dorothée Luczak, membre de Natagora, une des ASBL partenaires du projet. Notre but est de montrer que l’on peut recréer en ville des corridors écologiques et favoriser la biodiversité".

Pour le bourgmestre de Herstal Frédéric Daerden (PS), "le monde change et il est indispensable de repenser les manières de produire, consommer et de créer du lien social. Dans ce nouvel espace, les habitants pourront cultiver, échanger, jouer un rôle dans la co-construction de la ville. Nous transformons ici une ancienne friche de centre urbain en un espace privilégiant la biodiversité et le durable".

Ce musée de l’Éphémère ainsi que le Lease seront officiellement inaugurés le 11 mai prochain, à partir de 19 heures.

Des poubelles à énergie solaire

Le musée, occupant un hectare à l’arrière de l’hôtel de Ville herstalien, sera le théâtre d’innovations technologiques surprenantes.

En plus de l’éclairage pensé pour ne pas brusquer les animaux nocturnes, le parc sera également muni de poubelles fonctionnant à l’énergie solaire. L’idée est la suivante : ces poubelles, d’un contenant de 120 litres, pourront compacter les déchets grâce à l’énergie qu’elles auront captée. Grâce à ce compactage, la poubelle pourra en réalité contenir près de 600 litres de déchets.

Et ce n’est pas tout : en plus de capter l’énergie solaire, ces poubelles sont dotées de logiciels intelligents. Elles pourront indiquer aux services de la Ville leur taux de remplissage en temps réel, pour permettre de venir les vider seulement une fois pleines.