Gazette de Liége Waremme Le nouveau conseil communal a été installé et un élu socialiste s’est distancié de son groupe.

Il y avait foule ce lundi soir à l’hôtel de ville de Waremme pour l’installation du nouveau conseil communal. La séance a été ouverte par le bourgmestre socialiste reconduit Jacques Chabot qui a été le premier à prêter serment. Et ce, dans les mains de Vincent Mignolet (PS), premier échevin sortant, lequel a par ailleurs été mis à l’honneur en fin de séance à l’instar d’autres conseillers et échevins.

La prestation de serment des 25 élus s’est poursuivie selon le tableau de préséance en débutant par Denis Cornet (PS) et en terminant par Camille Machiels (Pour Waremme). Le premier cité, conseiller socialiste sortant, s’est d’ailleurs fait remarquer lorsqu’il s’est agi d’adopter le pacte de majorité. Lequel a été présenté par le maïeur qui sera entouré de cinq échevins dont un revenant (Hervé Rigot) et un neuf (Julien Humblet).

"Le tout petit Prince continue"

Chef de file Pour Waremme, Raphaël Dubois a déploré le choix du PS de repartir seul en majorité. Paraphrasant Saint-Exupéry, il a regretté le fait que "le tout petit Prince continue malgré une pantalonnade". Et de faire référence aux 13 % perdus par le groupe PS-IC, ce qui correspond selon le leader libéral à un désaveu important. "Les six ans à venir seront longs", a-t-il prévenu avant d’adresser un mot à chacun des membres du collège.

Côté Waremme Alternative, soit la nouvelle force politique en présence, son leader Yves Berger s’est exprimé pour la première fois non sans une pointe d’émotion. Et l’ancien commandant des pompiers de faire lui aussi référence aux résultats électoraux. "La majorité est certes arithmétique mais elle n’est pas en phase avec l’expression populaire", a-t-il estimé, évoquant en outre une occasion manquée. De son côté, Denis Cornet a expliqué son choix de ne pas adopter le pacte de majorité, disant nécessaire de "dépasser les clivages partisans" car "Waremme mérite mieux". Reste que ce dernier, défendu par Jacques Chabot qui a dit sa volonté d’assurer "un développement harmonieux de la ville" au travers de sept priorités, a été voté.

Bruno Boutsen