Gazette de Liége La jeune femme, énergique et décidée, se fait tout doucement une place dans le milieu du théâtre et plus précisément du seul en scène. Son spectacle "Je vous fais un dessin ?", elle l’a déjà joué 38 fois, à Liège, Bruxelles et en Avignon cet été. De nouvelles dates sont prévues à la rentrée, notamment quatre représentations au théâtre en Ile, à Liège. Un beau succès pour ce one-woman show qui aborde avec humour "et sans vulgarité" , souligne-t-elle, la séduction et le sexe, via des textes coquins, originaux ou d’auteurs connus.

Manon Lepomme a 24 ans et elle a le théâtre chevillé au corps, même si pour l’instant elle n’en a pas encore fait son métier. "Je suis professeur d’anglais et de néerlandais à l’athénée d’Ans. J’ai commencé à prendre des cours de diction et de déclamation à l’âge de 8 ans et je suis toujours élève en art dramatique à l’académie d’Amay", dit-elle. C’est là qu’elle rencontre Ginette Matagne, qui est son professeur depuis des années. "En 2011, elle m’a proposé de me lancer dans un seule en scène. Nos attentes correspondaient et on a démarré le processus d’écriture de "Je vous fais un dessin ?". Il nous a fallu un an pour construire le spectacle", raconte la comédienne.

L’histoire est celle d’une jeune femme très maladroite qui essaie de séduire les hommes. Pour cela, elle raconte des histoires coquines. "C’est un vrai rôle de composition. Il ne s’agit pas d’un récit autobiographique !", précise Manon Lepomme. Le spectacle a été ajusté au fil des représentations et des réactions du public. "Certains passages ne faisaient rire que moi, visiblement, avoue-t-elle. Et puis, comme je me sens de plus en plus à l’aise sur scène, je peux envisager des improvisations avec le public".

De Rochefort à Avignon

Après avoir présenté "Je vous fais un dessin ?" pour la première fois en octobre 2012 au théâtre de l’Etuve (sept représentations à guichets fermés) puis à Bruxelles, Manon Lepomme se lance un nouveau défi. "J’ai posé ma candidature au Festival du rire de Rochefort 2013 pour assurer la première partie d’un artiste confirmé et j’ai été retenue. J’ai ouvert le spectacle d’Anne Roumanoff devant une salle de plus de 500 personnes. Malgré le fait que les spectateurs n’étaient pas là pour me voir, ça a très bien fonctionné", raconte-t-elle.

Et la jeune comédienne ne s’arrête pas en si bon chemin. "J’avais envoyé une bande-annonce du spectacle et un dossier de presse à différents lieux participant au festival Off d’Avignon et la Tache d’encre m’a permis d’y jouer tous les soirs pendant 24 jours". Mais problème, la démarche est loin d’être gratuite. "Il faut louer la salle, payer sa publicité, son logement sur place, s’acquitter des droits de Sabam et des droits d’auteur, puisque j’utilise des textes d’autrui. Au total, la facture s’élevait à environ 10000 euros. J’ai pu récolter cette somme grâce à un appel aux dons et à l’organisation d’un dîner-spectacle". Manon Lepomme a donc pu se produire cet été en Avignon. "C’était une très belle expérience, même si c’était très fatiguant et que l’on n’a pas rencontré le succès espéré. Le public qui est venu me voir semble avoir adoré le spectacle et l’objectif d’avoir des programmateurs dans la salle a été rencontré. On verra dans quelques semaines ou quelques mois si ça a payé", indique-t-elle.

Pour la suite, Manon Lepomme a de l’ambition. "Je vous fais un dessin ?" va continuer de tourner en Belgique et j’aimerais l’exporter en France, notamment de nouveau à Avignon l’an prochain. Je pense aussi à créer un autre spectacle, toujours avec Ginette Matagne. J’aimerais devenir comédienne à plein-temps. Le théâtre, ce n’est pas une voie facile mais Ginette Matagne me dit souvent : "Quand tu es sur scène, tu es chez toi". De quoi la conforter dans la voie qu’elle s’est choisie.