Gazette de Liége

Le gamin au vélo" de Luc et Jean-Pierre Dardenne, "L’exercice de l’état" de Pierre Schoeller et "Les géants" de Bouli Lanners : voici trois films présentés actuellement en sélection au festival de Cannes qui portent la marque d’Inver Invest, cette société liégeoise de tax shelter fondée il y a six ans par les frères Jacques-Henri et Olivier Bronckart. Soit deux passionnés de cinéma qui sont essentiellement connus pour être les patrons de Versus Production, une société à laquelle on doit des films comme "Illégal" d’Olivier Masset-Depasse, "L’autre monde" de Gilles Marchand, "Looking for Eric" de Ken Loach ou encore "Élève libre" de Joachim Lafosse.

Une fois encore, les frères Bronckart, tous deux issus de l’ULg et ayant plus de dix ans d’expérience dans le domaine de la production cinématographique en Belgique, sont de passage sur la Croisette. En tant que producteurs, Versus ayant produit le dernier long-métrage de Bouli Lanners, mais aussi en tant que responsables d’une société de tax shelter baptisée Inver Invest. Créée en novembre 2005, cette société basée quai de la Goffe a pour mission de "conseiller et proposer à ses investisseurs des films et des auteurs de qualité pour accéder à des rendements garantis en toute sécurité fiscale".

C’est Olivier Bronckart, âgé de 37 ans et diplômé de HEC-ULg, et le directeur financier d’Inver Invest Jérôme Tellin, diplômé de Solvay, qui ont élaboré "un produit financier simple, adapté à chaque entreprise et permettant de maximaliser le rendement des placements tax shelter". Et ce tout en assurant à leurs investisseurs, ainsi que le précise Olivier Bronckart, "un rendement minimum garanti d’environ 30 % par an de l’investissement net".

Cette année, les frères Bronckart réussissent le tour de force d’être à nouveau présents au festival de Cannes avec pas moins de trois films soutenus financièrement par leur société Inver Invest. Un exploit qui fut d’ailleurs réédité à quatre reprises depuis la création de la société il y a six ans. Loin d’Olivier Bronckart l’idée de sombrer dans le triomphalisme mais l’homme préfère plutôt se réjouir du succès rencontré par les films belges ou étrangers soutenus et par les retombées positives de ces derniers en Belgique. "Car le souci principal du tax shelter, qui est un mécanisme vital que nous avons contribué à initier, est que certaines sociétés financent des films étrangers sans retombée dans notre pays", explique ce dernier, lequel pointe également l’existence d’intermédiaires pas toujours très crédibles.

Mais pourquoi donc avoir voulu créer, à côté de Versus Production et d’O’Brother Distribution, une société spécialisée en investissement tax shelter ? "Il est utile d’avoir une certaine indépendance en la matière et d’être quelque part son propre intermédiaire même si Inver Invest est une société indépendante", répond Olivier Bronckart. Preuve s’il est : deux des trois films présentés cette année à Cannes.