Gazette de Liége L’ingénieur Pierre Arnould est convaincu que son projet offre bien des avantages.

On sait que la "plaine" de Bavière est morne depuis trois décennies… mais on sait aussi que cette année, trente ans après le déménagement de l’hôpital, un projet semble émerger. Il rassemble une mixité de fonctions (commerces, pôle culturel, logements, services…). Et surtout, il implique la Province de Liège et semble recueillir l’adhésion de nombreux politiques liégeois…

Mais Pierre Arnould, ingénieur civil à la retraite - ayant jadis participé au projet (avorté) de transport automatisé urbain -, nous livre une autre version, ambitieuse et étonnante, de réhabilitation de ce site emblématique, qui aurait l’avantage de conserver d’importants espaces verts sur le site. Précisons au passage que l’homme avait remporté le premier concours réalisé dans les années 90 relativement à l’aménagement de Bavière. Jamais toutefois le projet n’avait pu voir le jour, faute de décision politique (et de moyens).

L’idée de l’ingénieur se veut simple et fait écho à une demande des Liégeois : créer un parc. Cela manque cruellement en Outremeuse. "L’objectif de ce projet est de convertir les quatre hectares de friches en un vaste parc public, nous confirme Pierre Arnould. Et ce, tout en respectant la mixité de fonctions telle que programmée par le promoteur privé."

"Des espaces verts partout autour du pôle"

C’est en ceci que le projet se veut cohérent en effet. Pas question de modifier le projet public-privé. Il y aurait de la place pour le pôle culturel (qui ne bouge pas) le long du boulevard de la Constitution… mais comment retrouver des espaces verts ? "Partout autour du pôle, qui s’en trouverait sublimé d’ailleurs", précise l’ingénieur. L’astuce : "La création d’une tour, plus haute que celle des Finances."

"Cette tour, je l’implanterais à la croisée de deux perspectives, les axes du boulevard de la Constitution et de la rue Jean d’Outremeuse." À la pointe de Bavière en somme, côté entrée de Liège. "Celle-ci compterait trois tambours et 36 plateaux circulaires, utilisés sur seulement deux tiers de leur surface et libres de tout espace servant"; dans le tiers restant, côté nord, on retrouverait tous les éléments techniques (ascenseur, sanitaires...). Cette division et cette disposition seraient en outre intéressantes d’un point de vue économie d’énergie.