Gazette de Liége

La SA Cristallerie du Val Saint Lambert a décidé de déposer son bilan en raison de l'augmentation du coût des matières premières et de l'échec des négociations relatives à un partenaire financier, commercial ou industriel.

L'information a été confirmée par un communiqué de l'entreprise et par la directrice, Sylvie Henquin, qui a expliqué que les dernières négociations avec un repreneur avaient échoué mercredi.

La directrice précise que la SA Val Saint Lambert cotée sur le marché libre d'Euronext Brussels et propriétaire de la marque "Val Saint Lambert" ne se trouve quant à elle pas dans les conditions de la faillite. La faillite de la cristallerie signifie la perte de 58 emplois à Seraing.

Le dépôt de bilan interviendra ce vendredi auprès du tribunal de commerce de Liège, qui devrait se pencher sur le dossier lundi.

La Cristallerie du Val Saint Lambert, filiale à 99,9 pc de la SA Val Saint Lambert International, a été reprise en 2003 par Sylvie Henquin alors qu'elle était en faillite. Pendant plusieurs années, la directrice a été confrontée à des difficultés financières, la relance du produit étant assez lente.

En septembre 2007, la SA Val Saint Lambert International SA a mandaté la Banque Degroof et le cabinet d'avocats Stibbe pour rechercher un partenaire stratégique auquel le groupe aurait pu s'adosser et qui aurait permis la poursuite de l'activité de production.

Des contacts ont été établis avec plusieurs parties intéressées et des discussions ont été sur le point d'aboutir avec l'une d'elles mais elles ont échoué mercredi. La société, en manque de liquidités pour l'approvisionnement en énergie et en matières premières nécessaires au respect du carnet de commandes, a donc été contrainte de déposer le bilan.

"La hausse considérable du coût des matières premières, de l'électricité et du gaz a lourdement pesé sur les résultats de la SA Cristallerie du Val Saint Lambert, malgré une amélioration de son carnet de commandes dans un contexte économique général peu favorable à la production de produits de luxe.

Faute d'avoir pu convaincre un investisseur et les demandes auprès des pouvoirs publics n'ayant pas porté leurs fruits, l'inévitable s'impose bien que beaucoup de projets avec de grandes maisons de luxe soient en cours", a commenté Mme Henquin, précisant que la reprise près faillite serait plus aisée. "Les repreneurs éventuels pourront maintenant acquérir la société sans les dettes.

Ce sera donc plus intéressant pour eux et j'espère que l'activité se poursuivra", a-t-elle souligné.

Pour la SA Val Saint Lambert International, la faillite de la Cristallerie a pour conséquence la perte de ses sources d'approvisionnement en produits, la nécessité de passer une réduction de valeur totale sur sa participation (soit 2.000.000 d'euros dans les comptes au 31 décembre 2007) ainsi que sur la créance qu'elle détient à l'égard de cette société et s'élevant à 3.548.521,48 euros au 30 juin 2008.

La SA Val Saint Lambert International est propriétaire de la marque "Val Saint Lambert" ainsi que des bureaux et du magasin d'usine situés à Seraing. Elle exploite le magasin situé au Grand Sablon à Bruxelles. La SA a demandé la suspension de son cours de bourse ce vendredi. La cotation sera reprise le lundi 11 août.

La société française SARL Val Saint Lambert, qui est également une filiale de la SA Val Saint Lambert International à 99,9 pc et qui exploite un point de vente à Paris, pourrait également devoir déposer son bilan à court terme.