Gazette de Liége

L’enquête locale de sécurité du ministère de l’Intérieur est une enquête de population qui examine les éventuels problèmes de quartier, les opinions à l’égard du fonctionnement des services de la police locale, le sentiment d’insécurité, la victimisation et les contacts avec les services de police de Huy. Quelque 1400 Hutois ont été interrogés en 2011.

Vendredi, le bourgmestre Alexis Housiaux (PS) et le commissaire divisionnaire chef de corps Didier Lambert conviaient la presse à la présentation des résultats. Les problèmes soulevés par les sondés sont essentiellement la vitesse des voitures non adaptée au trafic, la conduite agressive dans la circulation et les dépôts clandestins et détritus traînant dans la rue. Même si cela n’est pas vraiment un problème, les "nuisances causées par des groupes de jeunes" sont un phénomène qui est plus ressenti par les étudiants eux-mêmes que par les autres catégories. Cette question, selon les répondants, semble toucher plus le centre-ville de Huy que Ben-Ahin et Tihange.

Une différence significative a été constatée entre Huy et les deux autres entités. En ce qui concerne le sentiment de sécurité, 58,6 % des personnes interrogées ont répondu qu’elles se sentaient rarement ou jamais en insécurité. Seuls 12,7 % des répondants se sentent toujours ou souvent en insécurité.

Pour contrer ce sentiment d’insécurité, le comportement d’évitement le plus pratiqué est "d’éviter d’ouvrir à des inconnus" (44,2 %).

Cette enquête montre aussi que globalement, la population est satisfaite des services de police. Cependant, la satisfaction quant à l’information donnée sur les services de police, quant à la fonction d’exemple ou encore quant à la présence en rue est beaucoup moindre.

Ce n’est qu’au lendemain des élections que le nouveau plan zonal sera établi.