Gazette de Liége La saison 2018-2019 accueillera à nouveau plusieurs conférenciers de prestige.

Organisées conjointement par la Ville et par l’Université de Liège, les Grandes conférences liégeoises sont devenues au fil des années une véritable institution culturelle en terres principautaires. Aux dires des organisateurs, ces rendez-vous récurrents sont nés d’une demande croissante du public liégeois, lequel est visiblement friand de pouvoir entendre et rencontrer des personnalités reconnues. Et ce qu’il s’agisse de philosophes, d’écrivains, de scientifiques, de politiques ou encore d’universitaires, d’autodidactes et d’artistes, ces derniers s’exprimant sur les grandes questions de notre temps.

Entre 1 000 et 1 500 personnes

Pour Michel Firket, Premier échevin de la Ville de Liège et président de l’ASBL éponyme, "ce besoin de réfléchir, de s’éclairer et de prendre du recul s’explique, qui plus est dans une société dominée par l’efficacité, l’immédiateté et la rentabilité". Depuis leur lancement en 2005, sous l’égide donc tant de la Ville que de l’Université, le succès des Grandes conférences liégeoises ne s’est pas démenti, celles-ci réunissant à chaque séance entre 1 000 et 1 750 personnes. Si initialement, elles se déroulaient en la Salle académique de l’Université, elles se donnent depuis lors au palais des Congrès.

Pour cette saison 2018-2019, ce ne sont pas moins de sept conférenciers voulus de prestige qui sont au programme. Celle-ci débutera le jeudi 11 octobre prochain et elle se clôturera le jeudi 4 avril 2019. La programmation de cette quatorzième saison est conforme à celle des éditions précédentes, tant d’ailleurs par la variété que par la qualité des invités. Parmi ces derniers, de renom, c’est à l’écrivain et historien belge David Van Reybrouck qu’il sera donné d’ouvrir le bal. Sur le thème provocateur "Contre les élections", et ce à trois jours du scrutin, il entretiendra le public, en dialogue avec Hugues Dorzée, sur ce qu’il appelle "le syndrome de fatigue démocratique".

Également au menu : le philosophe français André Comte-Sponville, lequel sera présent pour la seconde fois et mettra la philosophie à portée de tous, ainsi que la pédagogue française et disciple de Montessori Céline Alvarez. Mais aussi le physicien Etienne Klein qui vulgarisera la notion de physique quantique, le polémiste français et militant antispéciste Aymeric Caron, son collègue télévisuel Stéphane Bern, spécialiste de l’histoire, et François Ost, juriste belge qui interrogera la place du droit. À noter enfin que les abonnements peuvent être souscrits depuis ce lundi via www.gclg.be.