Namur-Luxembourg

Vingt-cinq personnes sont citées à comparaître devant la chambre du conseil le 18 janvier prochain dans le cadre de l'affaire Sotegec, où il est reproché à plusieurs membres du collège communal de l'ancienne législature la prise d'intérêt dans l'attribution de plusieurs marchés publics. Sont convoqués les inculpés: Bernard Anselme, ex-bourgmestre de Namur, et son chef de cabinet; Jean-Louis Close, ancien échevin du Patrimoine; Jean-Marie Van Bol, ancien secrétaire communal; Guy Jomaux, ancien chef de corps de la police de Namur; six fonctionnaires de la Ville; plusieurs architectes et les administrateurs de la Sotegec, Rita Maillard et Pierre Louis.

D'autres membres du PS sont repris au réquisitoire: Frédéric Laloux, ex-échevin des Sports, Dominique Renier, ex-échevine de l'État civil et Vincent Sampaoli, fonctionnaire. "Il s'agit de personnes que le dossier a permis d'impliquer mais à l'égard desquels il n'y avait pas de charges suffisantes pour les inculper", a indiqué Philippe Dulieu, procureur du Roi de Namur.

Vingt-deux sont poursuivies et soupçonnées d'être auteurs, coauteurs ou complices. Les faits reprochés sont l'entrave à la liberté des échanges et des soumissions, faux et usage de faux et prise d'intérêt dans les affaires publiques.

Sous la précédente législature, plusieurs marchés publics ont été attribués à la Sotegec, un bureau d'études codirigé par Rita Maillard, compagne du bourgmestre. Ces marchés touchent cinq volets: le commissariat d'Hastedon, le hall Octave Henry, le Musée de la Forêt, la Commission consultative d'aménagement du territoire (CCAT) et l'immeuble Pairelle.