Namur-Luxembourg

Bonne nouvelle : les Namurois sont encore féconds. Le service Etat-civil de la Ville de Namur a enregistré 3 451 actes de naissance en 2006. Les chiffres se maintiennent ces dernières années, même si ces derniers chiffres montrent une légère diminution. Les naissances étaient au nombre de 3 487 en 2004, ce qui représentait une petite progression par rapport aux 3 399 actes de naissance enregistrés en 2002 et aux 4 240 nouveau-nés namurois de 2001. A Namur, les couples se passent encore la bague au doigt : l'Etat-civil a dressé, en 2006, 488 actes de mariage.

Attention, pas de quoi crier victoire. En effet, la lente érosion du nombre de mariages continue à se faire sentir depuis 10 ans. Ainsi en 1991, ils étaient 667 à, comme aurait dit Brassens, apposer leur signature au bas du parchemin, contre 450 en 1999. L'année passée déjà, il semblait que cette diminution était en train de stagner : l'état civil a enregistré 475 mariages en 2002, et pas un de moins en 2003. 474 unions ont été célébrées en 2004.

Aujourd'hui, assisterait-on à un renversement de la vapeur ? Une note d'optimisme provient sans aucun doute des unions homosexuelles, autorisées depuis peu par la loi, qui pourraient de fait faire remonter la balance. Ainsi, la Ville de Namur a célébré 10 unions gays cette année. De quoi venir grossir les statistiques. Les chiffres de 2007 permettront de vérifier si les résultats encourageants de 2006 relèvent du pur hasard ou non.

La population augmente à Namur. En janvier 2005, le registre national faisait état de 106 767 habitants. Quelques mois plus tard, le 1er septembre 2005, il totalisait 107 701 Namurois.

Les nouveaux venus s'installent surtout dans la 1re couronne. Cette croissance, plus timide, existe aussi au centre-ville. La hausse générale était une volonté claire du bourgmestre Anselme aux yeux duquel atteindre 120 000 habitants à rythme progressif lui semblait bien, pour garantir une qualité de vie correcte.