Namur-Luxembourg

En moins de vingt ans, le spécialiste namurois de la broderie et de l’impression sur textile a réussi à devenir le numéro un du secteur en Belgique. Avec un chiffre d’affaires désormais de 7,2 millions d’euros par an (et ce, rien que pour sa production namuroise), la société emploie 40 personnes à Naninne. En croissance perpétuelle depuis 1998, le succès de l’entreprise se résume en plusieurs points.

D’une part, une organisation stable et plate où l’on mise sur la responsabilisation de l’équipe et la transparence des process. "Chaque ouvrier, chaque employé sait ce qu’il a à faire et personne n’a besoin de vérifier le travail d’un autre", explique François Bersez, administrateur délégué de 4e Dimension. Ce modèle est notamment possible grâce à une remarquable transition numérique effectuée. "Tout est informatisé, je n’ai pas de comptable, ni de commercial, l’essentiel de nos commandes se fait directement en ligne."

A l’origine d’une croissance continue, c’est aussi une vision des produits sur deux semaines maximum, "au-delà, nous ne prenons pas de commande".

Refuser les gros volumes

Ce succès a également permis à la société de s’exporter en Flandre d’une part, mais aussi en Allemagne. "Nous avons ouvert un bureau à Cologne, il y a quatre ans, et malgré un secteur très concurrentiel, nous avons choisi de ne pas nous délocaliser", poursuit l’administrateur délégué.

Ainsi, 4e Dimension a fait le pari de refuser les gros volumes, malgré la présence notamment de 600 acteurs du secteur en Belgique et 27 000 en Europe. La société compte encore évoluer et annonce déjà une croissance de 10 %, rien que pour les deux premiers mois de 2017, avec la nécessité d’embaucher trois personnes supplémentaires. Un constat qui rejoint celui d’une récente enquête de l’Union wallonne des entreprises réalisée auprès de 367 chefs d’entreprise, révélant notamment des perspectives économiques wallonnes encourageantes, une augmentation des exportations et des perspectives d’embauche.