Namur-Luxembourg

André Perpète, premier échevin de la Ville d’Arlon, dresse le bilan de la législature qui se termine et dévoile ses ambitions pour le prochain scrutin communal d’octobre. Celui qui mènera la liste PS plagie avec humour François Hollande et sa célèbre tirade adaptée en "moi, bourgmestre d’Arlon".

Parmi les chevaux de bataille du socialiste, le logement tient une place importante. "C’est l’un des problèmes fondamentaux d’Arlon. L’augmentation du prix de l’immobilier est hors proportion avec les revenus du travail. C’est inquiétant !"

André Perpète veut faire la chasse aux propriétaires peu scrupuleux. "La Ville doit mener une action plus volontariste. Le bourgmestre aura un rôle moteur à jouer en faisant le choix de dire qu’il faut s’attaquer aux logements humides, insalubres, aux cages à poules louées hors de prix. Avec le nouveau Code wallon du logement, le bourgmestre aura davantage de pouvoir. Il pourra reloger les locataires concernés via les sociétés de logements publics et les agences immobilières sociales."

A propos du parking sous le parc Léopold, André Perpète se montre prudent. "Nous avons obtenu le permis d’urbanisme. Mais il reste des problèmes techniques liés à la nature du sol et des discussions financières avec Q-Park. Il n’y aura rien avant 2013. Mais on ne peut pas attendre indéfiniment. Soit les conditions financières pour la Ville sont bonnes, soit on envisage un réaménagement de la place Léopold avec le maintien d’un parking en surface. Si le parking souterrain est construit, je suis favorable à laisser plus de places que prévu en surface selon les saisons. Ce dossier est plus compliqué que prévu et fait traîner d’autres dossiers comme le sort de l’ancien palais de justice."

Quant au parc commercial de 20 000 m² à Sterpenich, André Perpète prend les paris pour dire qu’il ne verra pas le jour comme il est prévu, en raison des impositions urbanistiques.