Namur-Luxembourg

Céline et Denis sont les heureux parents de Baptiste, né dans la voiture familiale, sur l’autoroute.

C’est une naissance à vive allure qui s’est déroulée mercredi en fin d’après-midi sur la E411. Le petit Baptiste ne s’est pas fait attendre et a pointé le bout de son nez, alors que ses parents étaient en route pour l’hôpital. Né à environ 130 km/h, le bébé est en pleine forme.

Depuis le début de la journée de mercredi, Céline ressentait quelques petites contractions, mais rien d’alarmant. Vers 17h45, Denis, son conjoint, rentre du travail et les deux constatent que les contractions sont de plus en plus fréquentes. « Je suggère à Céline de nous mettre en route, mais elle me répond que ça va, que ce n’est pas pour tout de suite », raconte Denis. Sur les conseils de la sage-femme jointe par téléphone, Céline s’apprête à entrer dans son bain, mais perd les eaux juste avant. Il est 18h15.

Ni une, ni deux, le couple se met en route vers le CHR de Namur, situé à environ 45 minutes de leur domicile de Mazée (Viroinval).

« À hauteur d’Hastière, les contractions sont de plus en plus intenses, et je lui dis de retirer son pantalon, car on ne sait jamais », poursuit le jeune papa. Et pour cause, à peine quelques minutes plus tard Céline lui fait savoir qu’elle ne va pas pouvoir attendre, « il va venir et je ne vais pas arriver à le retenir », lui dit-elle.

Denis veut s’arrêter, mais elle refuse, car il est préférable d’arriver le plus vite possible. C’est ainsi que peu avant le viaduc de Sovet, à hauteur de la sortie de Spontin, le petit Baptiste est arrivé à 18h54. « Je l’ai pris dans mes bras, et Denis continuait de rouler. On a pris une veste qui se trouvait à l’arrière pour l’emmitoufler », explique Céline. « Pour moi, c’était stressant, mais j’essayais surtout de me concentrer sur la route. Je ne le voyais pas car il faisait noir, mais quand j’ai entendu le premier cri, j’ai su qu’il était en bonne santé», explique le papa. Qui plus est, le couple ne connaissait pas le sexe de l’enfant. « Une fois qu’il était bien protégé, j’ai vite regardé », sourit Céline.

Entre-temps, Denis avait prévenu l’hôpital de leur arrivée. Une fois sur place, les médecins ont coupé le cordon dans la voiture à 19h11, heure et lieu (CHR de Namur) officiels de la naissance de Baptiste, même si pour le couple cela restera sur l’autoroute, à 18h54.

Un accouchement éclair pour le deuxième enfant de Céline et Denis, alors que 31 heures avaient été nécessaires pour la naissance de Thomas, qui fêtera ses 5 ans dans quelques mois. « Ce qui est amusant, c’est que nous avions rigolé il y a quelques jours sur la possibilité que j’accouche dans la voiture. Moi qui voulais un accouchement hors norme, j’ai été gâtée », rit Céline.

Tous les deux sont d’autant plus ravis, car non seulement tout s’est bien passé, mais en plus ils ont pu véritablement partager un moment d’intimité rare et unique.