Namur-Luxembourg

Namur

Inauguration d’une plate-forme plus performante en calcul intensif

L’Université de Namur a inauguré vendredi sa nouvelle plate-forme technologique en calcul intensif (PTCI). Elle est la composante namuroise d’un Consortium des Equipements de Calcul Intensif (CÉCI) qui permet d’augmenter les moyens humains et matériels mis à la disposition des chercheurs. Le calcul intensif désigne l’utilisation de moyens de calculs performants par des machines puissantes pour la recherche, explique Luc Henrard, professeur au département de physique de l’Université de Namur. Jusqu’en 2010, chaque université disposait de ses propres machines. Le projet CÉCI, lancé à l’initiative du FNRS, rassemble depuis les moyens entre les différentes universités du réseau (UCL, ULg, ULB, UMons, FUNDP). Après l’UCL notamment l’an dernier, c’est au tour de l’Université de Namur d’inaugurer sa nouvelle plate-forme. Ces nouvelles machines sont rendues indispensables pour faire face à l’accroissement de la quantité d’informations numériques disponibles. La plate-forme de Namur permettra de doubler les moyens de calcul numérique pour les porter à 14 teraflops (c’est-à-dire 14 000 000 000 000 opérations par seconde). Cela sera rendu possible grâce à 1 000 cœurs de calcul (soit l’équivalent de 1 000 ordinateurs) interconnectés. L’espace de stockage atteindra 70 terabytes, soit 70 000 gigabytes. La consommation d’énergie sera par ailleurs réduite de moitié. "Le calcul numérique est devenu une composante essentielle de la recherche dans de nombreux domaines de la science", souligne l’université. Le calcul intensif est utilisé aussi bien en chimie quantique qu’en mathématiques ou en économie, relève Luc Henrard. Les étudiants pourront également utiliser le calcul intensif "pour l’apprentissage des méthodes numériques scientifiques et pour l’utilisation de logiciels spécialisés", selon l’université. (Belga)