Namur-Luxembourg L’étude Orange sur la mobilité autour du Parc Pairi Daiza est éloquente.

La Région wallonne avait mandaté la société Orange de faire une étude sur la mobilité autour du parc Pairi Daiza. Une étude basée sur les données de la téléphonie mobile. Concernant le parc en lui-même, cette étude ne montre pas spécialement d’innovation. On sait simplement mieux qui fréquente le parc et sa provenance.

Des solutions pour faciliter l’accès au parc ont été réalisées ou vont l’être. On pense notamment à la nouvelle liaison via la RN 56 qui permet aux touristes d’éviter le village de Cambron-Casteau ou encore la future liaison pour contourner les villages de Gages et de Brugelette qui déboucherait actuellement sur Ghislenghien.

Cette dernière liaison pourrait avoir un effet extrêmement positif sur la RN 56, la route qui relie Ath à Mons, si cette nouvelle route est bien annoncée depuis les sorties de l’autoroute A8. Mais elle risque de congestionner le village de Ghislenghien et sa RN 57, d’où la demande légitime de Marc Duvivier, bourgmestre de la cité des Géants, de poursuivre le contournement du village de Gages jusqu’au pied de l’autoroute A8, à Ghislenghien.

Une route saturée à tout moment

Ce qui est intéressant dans cette étude, finalement, c’est qu’elle met en avant la saturation de la RN 56, tant durant les heures d’ouverture et de fermeture du parc Pairi Daiza qu’aux heures de pointe.

"La proportion de passants à proximité du Parc est significativement plus élevée que celle des visiteurs du Parc, et ce sur toute la période. L’axe Mons-Ath sur la N56 forme à ce titre l’étranglement le plus important de tous. Il provient de la région de Mons un flux important de passants tant originaires de la Wallonie que des régions Sud de Bruxelles. Il provient de la région d’Ath des passants venant principalement de la Flandre-Orientale et en partie de la France", peut-on lire.

Pour Jean-Pierre Denis, député PS à l’origine d’une question parlementaire au ministre Prévot (CDH), il est temps de s’atteler à cette problématique propre à la RN 56. "Le ministre Prévot a trouvé une solution pour Gages, ce qui est une excellente nouvelle. Mais il doit aller plus loin que l’aménagement de solution concernant les visiteurs du Parc. Notre région voit sa population augmenter considérablement. Il devient donc primordial de s’attaquer au problème de la N56 sous peine de la voir en bouchon 365 jours par an 24 h/24."