Namur-Luxembourg Passés maîtres dans le tri des déchets, les namurois se trompent parfois.

Comme chaque année, le BEP environnement a présenté son bilan. Conclusion : le Namurois est bon élève en matière de tri.

Les différents objectifs ont été largement atteints : la production globale de déchets par habitant est de 527 kg/an pour un objectif de 530 kg. Le taux valorisation est de 74 % (objectif 70 %). On constate depuis 1999 une diminution de 45 kg de déchets et la collecte sélective des organiques est en hausse de 13,6 % tandis qu’on observe en même temps une diminution des déchets ménagers résiduels de 4,5 %. On atteint pour 2016 un record absolu de 42 087 tonnes de déchets verts traités.

Bien, mais peut mieux faire

Ce week-end, on a vu des milliers d’Ambassadeurs de la propreté s’activer pour le grand nettoyage de Printemps dans toute la Wallonie. Pour les collectes sélectives, que ce soit avec les containers à puce ou les sacs, les Namurois sont plus performants que la moyenne wallonne : 24 kg de déchets organiques par an/habitant (contre 15 en Wallonie), 18 kg de PMC (15), 59 kg de papiers/cartons (52) et 115 kg de déchets ménagers résiduels (145). Ce qui prouve bien la qualité du tri.

Mais on peut mieux faire selon le BEP Environnement : "A l’analyse du contenu des sacs organiques, on découvre 7 % d’erreurs de tri." Une bonne raison pour continuer le travail de pédagogie. La collecte des encombrants en vue du réemploi, le compostage des déchets verts, le tri broyage du bois et des encombrants, la bio méthanisation des déchets organiques, la valorisation énergétique des déchets ménagers et le tri des PMC donnent une valeur ajoutée à ces déchets. Avec 56 % de la production des déchets les recyparcs (nouveau nom des parcs à conteneurs) restent le premier outil de collecte.