Namur-Luxembourg Le député-bourgmestre vient d’interpeller la ministre de la Santé Maggie De Block.

La réforme des hôpitaux et ses conséquences sur Vivalia, l’intercommunale de soins de santé de la province de Luxembourg, étaient au centre de la récente interpellation de Sébastian Pirlot, député-bourgmestre de Chiny. "La réforme par réseaux va profondément changer le paysage hospitalier ainsi que son financement, souligne-t-il. Chaque hôpital verra son offre de soins déterminée par la stratégie du réseau, dans une inévitable logique d’économie. Notre province, avec ses 270 000 habitants, alors que la moyenne est de 400 000 patients, pourra-t-elle, via Vivalia, former à elle seule un réseau ou devra-t-elle se greffer à d’autres institutions ?"

La ministre de la santé Maggie De Block répond qu’elle prévoit la mise en place de 25 réseaux locorégionaux en Belgique mais elle ne précise pas la répartition de ce nombre entre les différentes entités fédérées. "La logique derrière les réseaux hospitaliers ne peut être réduite à une logique purement économique, affirme-t-elle. Cette réforme a été inspirée par le rôle important du patient et le souhait de pouvoir continuer à lui offrir des soins de qualité. Pour obtenir cette qualité, il faut, pour certaines missions, concentrer davantage les soins. Il faut aussi que les moyens soient utilisés de manière efficace et, par conséquent, rationalisés en cas de surcapacité."

Le financement reste inchangé

Elle ajoute qu’une évaluation globale et commune des 25 réseaux est prévue mais qu’elle ne peut se prononcer sur la faisabilité des réseaux dans une province spécifique. Quant au financement proprement dit, dans le cadre de cette création de réseaux, il reste, dit-elle, inchangé.

"Pour l’heure, la réforme du financement des hôpitaux se concentre surtout sur le financement par pathologie pour les soins à faible variabilité, conclut-elle. Mes services sont, dans un premier temps, en train de préparer un regroupement d’honoraires en un montant global par patient pris en charge. En ce qui concerne la réforme du financement des soins à haute et moyenne variabilité, l’étude est en cours."