Namur-Luxembourg

Des dégradations ont eu lieu au bureau du MR à Namur dans la nuit de mardi à mercredi, ou très tôt ce mercredi, explique la RTBF.

La façade a été recouverte d'insultes comme "N-VA facho" ou "MR collabo".

On retrouve aussi le nom de la petite "Mawda", du nom cette petite fille kurde de 2 ans tuée par les balles d'un policier lors d'une course-poursuite.

Des parlophones ont également été cassés, et les serrures ont été imbibées d'un produit pour empêcher d'accéder au bâtiment.

Le chef de file des libéraux à la Chambre, David Clarinval, s'est rendu sur place et a tweeté une photo des incidents qu'il juge regrettables et inacceptables.

"Les insultes et amalgames contre le MR se poursuivent. Les lâches et les faibles se sentent désinhibés quand certains extrémistes insultent les démocrates. Cette attaque contre notre bâtiment est regrettable", expique-t-il dans son tweet.

"Le MR est victime d'insultes et d'amalgames de la part de certains députés fédéraux depuis quatre ans, il n'est donc pas étonnant que certains esprits faibles et chagrins reprennent ces propos. Ces tags sont l'arme des lâches", a déclaré M. Clarinval.

Déplorant les dégradations matérielles d'un bâtiment loué et rénové récemment, le député-bourgmestre de Bièvre, renchérit: "cette agression contre un parti démocratique symbolise la tension négative présente dans cette campagne électorale. C'est un coup bas des extrémismes. C'est un manque total de respect pour la démocratie. Nous sommes pour le débat des idées. Le MR va déposer plainte", a-t-il ajouté.

Les tags seront recouverts dès que possible par des affiches électorales.

Le président du MR s'est également exprimé par communiqué. "Je condamne fermement tout acte de violence", déclare Olivier Chastel. "Les dégâts sont importants et nous avons déposé plainte".

Il se dit choqué par les dégradations, mais aussi par les messages inacceptables taggés sur la façade. "La liberté d’opinion est évidemment garantie", explique le libéral. "Le MR s’est d’ailleurs toujours montré ouvert au débat d’idées, sur tous les sujets. La violence, par contre, ne peut jamais être une réponse".

Olivier Chastel regrette par ailleurs cette banalisation de l’insulte et de l’excès. "Cette libération de la parole haineuse et de la violence est encouragée par tous ceux qui, quotidiennement, s’en prennent aux politiques que nous menons en pratiquant des amalgames douteux. Sur le plan migratoire par exemple, la politique menée par le gouvernement fédéral est soutenue par le MR car respectueuse des conventions internationales. La Belgique est une terre d’accueil et un Etat de droit. Ce sont des comportements violents comme ceux-là qui sont une réelle menace pour la démocratie", conclut le président du MR.