Namur-Luxembourg

Situé juste en face de l’église de Aye, l’ancien manoir fait actuellement l’objet d’importants travaux de rénovation visant à y aménager une crèche de 28 places. L’infrastructure devait être opérationnelle pour septembre 2018. C’était sans compter les vices cachés découverts en cours de chantier.

"L’architecte et l’entrepreneur nous ont contactés en urgence", explique l’échevin des Travaux Jean-François Piérard. "En décapant les murs à l’intérieur du bâtiment, ils se sont rendu compte que la maçonnerie intérieure était dans un état particulièrement mauvais. A croire qu’elle avait été réalisée par des gens qui n’y connaissaient pas grand-chose. Les cloisons intérieures n’ont même pas de liaisons fermes avec l’enveloppe extérieure."

Un dépassement du budget

La commune avait acquis l’édifice en 2014. "Le bâtiment est en bon état au niveau de son enveloppe. Mais les précédents propriétaires n’avaient plus réalisé de travaux depuis longtemps", observe Nicolas Grégoire, échevin à l’Enfance. "Les cloisons avaient été magnifiquement peintes et stuquées, de sorte que les défauts n’apparaissaient pas du tout", poursuit Jean-François Piérard.

"On a été induit en erreur : des éléments de stucage que nous voulions conserver nous ont empêchés de découvrir le pot-au-rose." Résultat des courses, tous les murs intérieurs devront être démontés et remplacés, ainsi que deux colonnes en marbre et des résidus du pavage d’origine. Prévue pour la rentrée prochaine, l’ouverture de la crèche a donc été reportée au mois de mars 2019. Ce qui pourrait impacter le subventionnement du projet, les subsides prévus dans le cadre du Plan Cigogne étant conditionnés au respect de certaines échéances.

"La question des infrastructures est régie par la Région wallonne, dont nous avons obtenu l’accord pour la prolongation des délais. Quant à l’ONE, nous sommes en train de finaliser un dossier justifiant du caractère imprévisible des délais supplémentaires", explique Nicolas Grégoire.

Ces travaux additionnels entraîneront par ailleurs un dépassement du budget estimé à près de 230 000 €. Le conseil communal vient d’approuver l’avenant remis par l’architecte. N.P.