Namur-Luxembourg L’ancienne caserne des pompiers abritera les locaux d’Henri Maus, Félicien Rops et du CPMS.

Elle n’en a pas encore l’allure, mais l’ancienne caserne des pompiers de Namur va prochainement accueillir une partie des élèves de Félicien Rops, mais aussi d’Henri Maus et sera le nouveau siège du Centre psycho-médico-social de Namur. L’ensemble des bâtiments de la Haute Ecole Albert Jacquard sera à terme centralisé au sein de l’école des cadets formant ainsi, avec l’Institut de promotion sociale, un véritable pôle éducatif et scolaire.

Présenté lundi en présence des ministres wallons Jean-Claude Marcourt et Maxime Prévot, ainsi que de la ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles Marie-Martine Schyns, le projet qui s’étend sur environ quatre ans de travaux présente plusieurs avantages. "Cela va faciliter grandement la vie des élèves et des enseignants", explique Véronique Dodinval, directrice présidente HEAJ. La haute école est en effet dispersée un peu partout dans Namur, rendant compliqué l’aménagement des horaires ou encore l’organisation interne de l’établissement. C’est donc aussi un avantage économique que de tout centraliser.

Infrastructures sportives et accès PMR

Pour Félicien Rops, le projet va permettre d’avoir un site fermé. "En agrandissant l’établissement sur sa longueur, les élèves vont pouvoir aller d’un bout à l’autre de l’école sans devoir sortir", souligne Didier Trillet, directeur de l’établissement. "Nous allons en plus disposer d’infrastructures sportives et d’un meilleur accès pour les PMR."

Au sein de l’aile consacrée à l’enseignement secondaire, des classes, un gymnase ainsi que des ateliers aux normes. Ce dernier élément fait partie des atouts relevés par le directeur d’Henri Maus. "Ce sont de meilleures conditions de travail en perspective pour les élèves comme pour les enseignants", indique Jacques Hubert. Ce dernier craint néanmoins le déménagement, "les infrastructures et le matériel sont complexes à déménager en raison notamment des raccordements au gaz, cela ne va pas être évident".

Du côté de la Ville, on se réjouit de cet aménagement qui s’ajoute à la redynamisation du quartier Rogier. "C’était très important pour nous de garder un pôle d’enseignement au cœur de la ville", a rappelé le bourgmestre.