Namur-Luxembourg

En province de Luxembourg, tout le monde ou presque connaît le nom de Weyrich. Pas forcément Olivier Weyrich, l’homme qui se cache derrière cette maison, mais les livres édités par son entreprise. Qui a un je ne sais quoi d’exceptionnel et de novateur.

C’est qu’en dix ans le petit éditeur chestrolais a pour le moins accompli du chemin, se taillant de jolis succès et allant jusqu’à tailler des croupières aux géants parisiens du secteur, avec des sujets inhabituels, des auteurs et des photographes talentueux, et un soin tout particulier à la réalisation.

Ce n’est pas flatterie que de le dire, Olivier Weyrich s’est fait un nom qui rayonne aujourd’hui bien au-delà des frontières de la province qui a vu naître le projet à la fois original, ambitieux et diablement hardi de fonder une maison d’édition.

D’autant que l’éditeur s’est d’abord spécialisé dans ce qu’il est convenu d’appeler le "beau livre". Quand on connaît les difficultés que rencontrent nombre d’éditeurs, il fallait y croire crânement pour envisager d’en faire son activité principale. Le résultat est cependant là. Weyrich compte maintenant parmi les grands noms belges de l’édition. "Il y a dix ans, notre premier livre était un manuel de soins palliatifs à domicile, explique l’éditeur. Un ouvrage des Drs Cécile Bolly et Michel Vanhalewyn, devenu une référence pour la plupart des médecins généralistes. Au point que nous vendons encore aujourd’hui ce premier ouvrage, "Aux sources de l’instant". L’enthousiasme déclenché nous a amenés à mettre en œuvre notre premier beau livre, "Paroles d’arbres". Ces deux livres ont été les points d’appui sur lesquels nous avons bâti le reste, ils nous ont permis de nous lancer en douceur, de nous tester et de nous donner le goût de l’aventure."

Tout n’a certes pas été simple pour créer une dynamique à la fois porteuse en termes commerciaux, intéressante d’un point de vue rédactionnel et originale dans ses approches de réalisation, histoire de se différencier de l’offre existante. "Il y a eu des erreurs, quelques itinéraires que l’on ne reprendrait pas." Mais l’entreprise est engagée dans un processus de croissance. Les piles de livres qui s’écoulent à chaque sortie témoignent d’une vision plutôt réaliste des goûts actuels en matière de lecture. Reste que le métier n’est pas simple et que le rêve ne nourrit pas son homme sans une dose certaine de réalisme. Olivier Weyrich se doit donc d’être à la fois inspiré par les sujets, attentif à des voies inédites de développement, mais sans ignorer une nécessaire vision chiffrée de ses envies. Avec des prix calculés au plus juste, un travail réalisé avec minutie et, surtout, une ouverture des plus larges parmi les thématiques possibles, Weyrich édition a su prendre les virages opportuns aux moments les plus décisifs.

Côté catalogue, il y en a pour tous les goûts, pour tous publics, pour toutes les bourses, même si l’on ne change pas la philosophie maison qui veut que l’on choisisse les livres Weyrich pour ce côté "beau livre" qui fait rêver. Amoureux de l’Ardenne, de la Gaume, de cette province de Luxembourg qui l’a vu naître et grandir, Olivier Weyrich fait désormais partie des éditeurs qui ont acquis une renommée au prix d’un travail de qualité. Dernière née des collections, "Plumes du coq" se veut réflexion sur l’identité wallonne. Elle publiera essentiellement des romans selon trois critères : l’ancrage wallon, le goût des histoires et bien sûr une exigence de qualité, mais néanmoins destinée au grand public.